Corée du Nord : "un conflit armé n'est pas privilégié mais il serait dévastateur pour Pyongyang", dit Donald Trump

Corée du Nord : "un conflit armé n'est pas privilégié mais il serait dévastateur pour Pyongyang", dit Donald Trump

LE TON MONTE - Le président américain Donald Trump a prévenu mardi la Corée du Nord que tout conflit armée avec les Etats-Unis serait dévastateur pour Pyongyang, bien que cette option ne soit pas privilégiée par Washington.

Entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, rien ne va plus. Ces derniers temps, les relations sont très tendues entre leurs deux dirigeants, qui multiplient les provocations. Lundi 25 septembre, le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho a affirmé à des journalistes new-yorkais que Donald Trump avait "déclaré une guerre" à son pays. "Tous les Etats membres (de l'ONU) et le monde entier devraient clairement se rappeler que ce sont les Etats-Unis qui ont les premiers déclaré la guerre à notre pays" a-t-il déclaré. 

"A la lumière de la déclaration de guerre de Trump, toutes les options seront envisagées par le leader suprême de la République populaire démocratique de Corée" aurait déclaré le chef de la diplomatie, d'après les propos retranscris en anglais par son traducteur.

Celui qui participe à l'Assemblée générale annuelle des Nations unies a également affirmé que la Corée du Nord était prête à abattre les bombardiers américains, même s'ils ne franchissaient pas l'espace aérien nord-coréen mais s'en approchaient seulement. "Depuis que les Etats-Unis ont déclaré une guerre à notre pays, nous avons tous les droits de prendre des contre-mesures, y compris le droit d'abattre des bombardiers stratégiques, même s'ils ne se trouvent pas encore dans l'espace aérien de notre pays" a-t-il en effet expliqué. Samedi, des bombardiers américains avaient volé près des côtes nord-coréennes pour envoyer un "message clair" à Pyongyang, selon le Pentagone.

Toute l'info sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Lire aussi

Des propos jugés "absurdes" par la Maison blanche. "Nous n'avons pas déclaré la guerre à la Corée du Nord. Franchement,

suggérer cela est absurde", a dit la porte-parole de la présidence américaine Sarah Sanders devant la presse.

Mais apparement Donald Trump ne l'entend pas de la même oreille. Ainsi, le président américain a prévenu ce mardi la Corée du Nord que tout conflit armée avec les Etats-Unis serait dévastateur pour Pyongyang, bien que cette option ne soit pas privilégiée par Washington. "Nous sommes totalement préparés à la seconde option, qui n'est pas celle que nous favorisons", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Maison blanche. "Mais, si nous devons la choisir, ce sera dévastateur, je peux vous le dire, pour la Corée du Nord. C'est ce qu'on appelle l'option militaire. Et si nous avons à la choisir, nous le ferons". 

Lire aussi

Une réplique à la lourde charge de Trump à la tribune de l'ONU

En vidéo

Quand Donald Trump attaque très violemment la Corée du Nord devant l'ONU

Malgré l'escalade des tensions, le régime de Pyongyang n'a pour l'instant pris aucune initiative militaire, a déclaré mardi

le chef d'Etat-major des armées américaines, le général Joseph Dunford. "Alors que l'espace politique est très occupé en ce moment, nous n'avons constaté aucun changement de position des forces nord-coréennes et nous observons cela de très près", a dit le général Dunford devant la commission des forces armées du Sénat américain.

Plus tôt mardi, l'agence de presse sud-coréenne Yonhap a rapporté que Pyongyang avait renforcé ses défenses en déplaçant

des avions sur sa côte orientale. Parallèlement, Washington a sanctionné mardi 26 personnes et neuf banques dont certaines entretiennent des liens avec la Chine, dans le cadre de la lutte contre la prolifération nucléaire en Corée du Nord. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Grande-Bretagne : des colis envoyés aux plus démunis provoquent l’indignation

Lire et commenter