Corée du Nord : un missile passe tout près d'un vol Air France entre Paris et Tokyo

Corée du Nord : un missile passe tout près d'un vol Air France entre Paris et Tokyo

International
DirectLCI
TRANSPORTS - Le test de missile intercontinental effectué ce vendredi par le régime est passé à 7 minutes de vol d'un avion Air France. "Par mesure de précaution", la compagnie a élargi sa zone de non-vol autour du pays.

Quand le régime nord-coréen sème la pagaille dans les couloirs aériens en mer du Japon. Un avion Air France a effectué, vendredi 28 juillet au soir, un vol Tokyo-Paris. Sauf que, ce que les 323 passagers ignoraient, c’est qu’au même moment, un test de missile intercontinal, orchestré par la Corée du Nord, se déroulait à quelques dizaines de kilomètres.


Selon CNN, le missile est passé à environ 100 kilomètres de l'appareil d'Air France, ce qui correspond à 7 minutes de vol. Toujours selon le média américain, le missile nord-coréen s’est écrasé à 16 kilomètres de deux couloirs aériens.

En vidéo

Nouvelle provocation de la Corée du Nord avec le tir d’un missile longue portée

"Air France adapte ses plans de vol en conséquence"

Malgré cette intrusion dans le ciel au dessus de la mer du Japon, la sécurité des passagers n’a pas été remise en cause. C’est ce qu'Air France a assuré à RFI : "Le vol AF293 du 28 juillet 2017, reliant Tokyo-Haneda à Paris-CDG, s’est déroulé conformément à son plan de vol et sans qu’aucun événement ne soit relevé. Ce vol a emprunté une des routes aériennes utilisées par de nombreuses compagnies pour relier le Japon à l’Europe." Avant d'ajouter que "Air France rappelle qu’elle analyse en continu les zones de survol à risque et adapte ses plans de vol en conséquence."


Si le missile nord-coréen n'a pas eu de conséquences sur son vol, Air France a néanmoins décidé, "par mesure de précaution", d’élargir "la zone de non-survol autour de la Corée du Nord, pays qu’elle ne survole pas." Contacté par CNN, un pilote d'avion basé à Hong Kong a expliqué que le risque est réel : "Ce n’est probablement pas quelque chose que vous pourriez détecter, comme vous pourriez détecter un autre avion".


Le test de missile balistique intercontinental (ICBM) effectué vendredi par la Corée du Nord était le deuxième en moins d'un mois. Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a affirmé que son pays avait désormais la capacité de frapper "tout le territoire américain". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter