Corée du Nord : un nouveau missile tiré en mer du Japon, la tension avec les Etats-Unis à son comble

International
DANGER - Un missile balistique nord-coréen tiré mercredi depuis la côte est retombé dans la mer du Japon, ont indiqué la Corée du Sud et l’armée américaine. C’est la cinquième fois depuis le début de l’année que Pyongyang réalise un tel essai en cherchant à atteindre des bases américaines.

La tension entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ne faiblit pas en mer du Japon. Ce mercredi, l’armée américaine et le ministère sud-coréen de la Défense ont annoncé qu’un missile balistique avait été tiré depuis la côté est du pays dictatorial avant de retomber dans la mer le séparant du Japon. Selon le communiqué sud-coréen, l’engin avait parcouru une soixantaine de kilomètres avant de retomber dans l’eau. 


Parlant d'un missile de moyenne portée, le commandement militaire chargé de la sécurité aérienne des Etats-Unis et du Canada a indiqué que ce tir "ne représentait pas de menace pour l’Amérique du Nord". Les Etats-Unis se savent la cible du régime nord-coréen depuis que celui-ci a indiqué vouloir développer des missiles nucléaires capables d’atteindre le territoire continental américain. Deux essais nucléaires souterrains avaient été réalisés en 2016, montant leur nombre total à cinq. Selon le site 38 North, des préparatifs seraient en cours pour procéder à un nouveau test.

Pyongyang "au bord de la guerre"

En février, Pyongyang avait déclenché le tir simultané de quatre missiles, dont trois s’étaient déjà approchés des côtes japonaises. Il s’agissait selon le régime autoritaire d’un exercice dans le but de préparer une attaque des bases américaines de l’archipel. 


Ce nouveau tir intervient alors que les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont entamé lundi des manœuvres militaires chargées de contrer la menace des missiles mer-sol provenant des sous-marins nord-coréens. Des "actions irresponsables" selon Pyongyang, qui poussent la zone géographique "au bord de la guerre".

Dans ce contexte, Donald Trump doit recevoir jeudi le président chinois Xi Jinping, plus proche allié de la Corée du Nord. Selon le Financial Times, le président américain se serait dit prêt à "régler" tout seul le problème nord-coréen, sans l’aide de la Chine.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter