Corée du Sud : l'héritier de Samsung condamné à cinq ans de prison

DirectLCI
JUSTICE - Lee Jae-Yong, l'héritier du géant sud-coréen de l'électronique Samsung, a été condamné vendredi à cinq ans de prison au terme de son procès pour corruption.

Le tribunal du district central de Séoul a estimé que le vice-président de Samsung Electronics, premier fabricant mondial de smartphones qui pèse près de 20% du PIB sud-coréen, s'était rendu coupable entre autres de corruption et de parjure dans le scandale retentissant qui a emporté la présidente du pays Park Geun-Hye. Le parquet avait requis douze ans de prison à l'encontre de Lee Jae-Yong, âgé de 49 ans. Il a finalement été condamné à cinq ans de prison.

Une affaire qui a secoué le pays

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe, Lee Kun-Hee, était pressenti à reprendre les rênes de l'empire fondé en 1938 par son grand-père. Si le clan Lee ne détient directement que 5% du capital de Samsung Electronics, il contrôle tout de même la stratégie du groupe via un système complexe de participations croisées entre filiales.

En 2015, Lee Jae-Yong est soupçonné d'avoir voulu acheter le feu vert du gouvernement pour la fusion controversée de deux unités du groupe, vue comme une étape clé pour la transition en douceur au sommet de l'entreprise. Selon un porte-parole de la police en charge de l'enquête, l'ensemble des pots-de-vin versés par Samsung s'élèvent à 43 milliards de wons (34,2 millions d'euros).


Lee Jae-Yong était également soupçonné de détournement de fonds pour avoir utilisé l'argent de Samsung pour ces actes de corruption. Le sandale avait aussi fait une autre victime : la présidente du pays Park Geun-Hye destituée en mars dernier pour corruption et abus de pouvoir.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter