Aucun mort du Covid-19 à Madagascar... vraiment ?

À Antananarivo, la population tente de se protéger en portant des masques.
International

À LA LOUPE - Il a fallu attendre ces derniers jours pour que Madagascar officialise ses deux premiers décès du Covid-19. LCI fait le point sur la situation dans la Grande Île.

Il y a moins de dix jours, le 11 mai, le président malgache Andry Rajoelina se montrait fier : "Il n'y a pas de mort actuellement à Madagascar" en raison de l'épidémie de Covid-19, soutenait-t-il. Des déclarations reprises dans les médias et qui interpellent, a fortiori en Europe ou les décès se comptabilisent par dizaines de milliers. Si le "remède" malgache à base d'une plante nommés Artémisia, mis au point sur l'île, ne convainc pour le moment pas la communauté scientifique, la situation dans le pays attise logiquement la curiosité. 

La crainte d'une épidémie cachée

Peut-on, à la lecture des chiffres, estimer que Madagascar est épargnée par l'épidémie ? Pas vraiment, estime Yoann Maldonado, coordinateur général de Médecins du Monde sur l'île. "Le nombre de cas, depuis une bonne semaine est en augmentation nette, voire même très nette", explique-t-il. "D'une centaine, nous sommes passés à plus de 300. Ce sont des résultats globalement bons, mais qui peuvent néanmoins être nuancés."

Depuis que l'épidémie a pris de l'ampleur, l'ONG a suspendu ses programmes sur place pour concentrer son actions sur la prévention du Covid-19. L'arrivée plus tardive du virus a permis aux autorités de réagir avant d'être prise de court, "fermé les aéroports, fermé les ports, mais aussi mis en place des mesures de confinement. Ça a sans doute permis de limiter le nombre de cas au début", estime ce connaisseur du pays. "Il faut dire aussi que l'insularité de Madagascar est un atout, les points d'entrée sont facilement contrôlables", ajoute-t-il.

Lire aussi

Pour autant, il appelle à une certaine prudence, notamment en raison du nombre réduit de dépistages. "Si l'on dépiste davantage, je pense qu'il est fort probable que l'on détecté également davantage." C'est d'ailleurs là que se situent les plus grandes craintes des responsables associatifs : "Nous redoutons une forme d'épidémie cachée, que l'on ne pourrait pas observer avec précision car les gens ne vont pas forcément dans des structures de santé." Yoann Maldonado souligne qu'à Madagascar, la population est traditionnellement assez méfiante des organismes de santé publique, et que de nombreuses personnes préfèrent s'en remettre des des guérisseurs ou à la médecine traditionnelle.

 

"Nous l'avons déjà observé par le passé, à l'occasion notamment d'épidémies de peste", note le représentant de Médecins du monde, "c'est regrettable car l'île peut compter sur de bons médecins et dispose tout de même d'infrastructures de santé." 

Une série d'explications probables

Pour comprendre l'évolution de l'épidémie à Madagascar, il faut aussi souligner que ce pays de 25 millions d'habitants est relativement protégé en raison de flux de population peu importants. Si l'île accueille des touristes sur son sol, ces derniers ne séjournent généralement pas dans la capitale, Antananarivo, qui est aussi la plus peuplée. Ce qui réduit de fait le risque de transmission du virus. La jeunesse de la population (l'âge médian est inférieur à 20 ans), peut aussi constituer un facteur notable, le Covid-19 faisant beaucoup plus de victimes chez les seniors. Même constat avec certains facteurs de comobordité, moins présent à Madagascar ou dans d'autres pays d'Afrique, notamment l'obésité. 

En vidéo

Coronavirus : où en est-on des recherches de traitements ?

Diverses inconnues demeurent pour autant. L'influence du climat peut-être jouer un rôle ? Il est semble-t-il trop aujourd'hui pour l'affirmer, même si des chercheurs explorent ces pistes. Il en va de même pour ce qui est des immunités pré-existantes, et dont pourrait bénéficier une partie de la population africaine. "Une étude préliminaire du NHS (National Health Service) et de King's College montre une corrélation négative entre les pays affectés par la malaria et ceux touchés par le Covid-19, qu'elle explique par un possible effet protecteur des traitements prophylactiques pour la malaria comme la chloroquine contre le coronavirus", soulignait ainsi Futura Sciences il y a quelques semaines. 

Avec seulement deux décès enregistrés et moins de 400 cas, Madagascar semble donc aujourd'hui relativement peu touchée par l'épidémie de Covid-19. L'augmentation récente du nombre de contamination et le risque de voir la population e tenir éloignée des structures de santé incite néanmoins à la vigilance. Des ONG telles que Médecins du Monde ont ainsi concentré leur effort sur la lutte contre l'épidémie afin d'éviter que l'île ne connaissance une propagation de l'épidémie semblable à celle qui a été observée en France et en Europe.  

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent