Coronavirus : aux Etats-Unis, les divisions politiques nuisent aux efforts sanitaires

Coronavirus : aux Etats-Unis, les divisions politiques nuisent aux efforts sanitaires
International

DISSONANCES - Tandis que Donald Trump annonce deux prochaines semaines "très très douloureuses" aux Etats-Unis, la forte bipolarisation politique du pays crée des disparités dans la gestion de l'épidémie de Covid-19.

En temps de crise, ou de "guerre" même, pour reprendre la métaphore martelée par plusieurs chefs d'Etat, l'heure devrait être à l'union sacrée. Aux Etats-Unis, première puissance mondiale, qui a dénombré 865 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures pour plus de 188.000 cas officiellement contaminés par le coronavirus, c'est peu dire qu'on n'y est pas. 

Le 16 mars, lors de leur premier débat en face-à-face, les deux candidats à l'investiture démocrate, Joe Biden et Bernie Sanders, bien que d'accord dans leurs critiques du président Donald Trump, ont fini par s'écharper à coup d'attaques personnelles, malgré l'urgence sanitaire déjà prégnante... Symbole du poids de l'élection présidentielle à venir en fin d'année sur la gestion de la pandémie.

Lire aussi

Des Etats républicains snobent les mesures de confinement

Au quotidien, ces derniers jours, les clivages politiques, encore plus exacerbés entre républicains et démocrates, surtout après la procédure de destitution lancée contre le président et les débats d'une violence rare autour de celle-ci, se traduisent par une gestion erratique de la crise sanitaire. Ainsi, tandis que 49 des 50 Etats américains (seul le Wyoming est jusqu'ici épargné) ont au moins un mort du Covid-19 à déplorer, les mesures locales varient énormément, selon le camp auquel appartient le gouverneur.

Lire aussi

Les démocrates, dans leur immense majorité, ont, eux, mis en place le confinement, fermant écoles, restaurants et commerces non essentiels. A l'inverse, 13 des 18 Etats n'ayant imposé aucune mesure sont dirigés par des républicains. C'est le cas, par exemple, de la Floride, où 25% de la population a plus de 60 ans, et où l'attentisme du gouverneur Ron DeSantis, proche de Donald Trump, est vivement critiqué par le camp d'en face. En vain, pour l'heure.

"Essayez de vous les procurer vous-mêmes"

Cette absence de coordination à échelle nationale impacte également l'approvisionnement en matériel médical. Dans une enquête publiée samedi dernier, le Washington Post pointait en effet l'immense flou entourant, par exemple, la gestion des stocks de masques : quand la Floride recevait l'intégralité de sa commande, le Maine, lui, dirigé par la démocrate Janet Mills, n'en obtenait que 5%. Quant aux gouverneurs ayant fait la demande de nouveaux respirateurs, ils n'ont eu pour réponse de Donald Trump que cette invitation : "Essayez de vous les procurer vous-mêmes."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Dans un entretien accordé à Libération, Andy Slavitt, l’un des architectes de la réforme de la santé voulue en son temps par Barack Obama, s'indigne : "Trump se décrit comme un président en temps de guerre. J’aimerais vraiment qu’il le devienne si cela veut dire qu'il va désormais prendre des décisions disciplinées et rapides, armer ses troupes et créer une infrastructure de commandement et de contrôle, comme dans une vraie guerre. Là, c'est comme si nous avions 50 généraux et qu’on leur disait de se débrouiller pour trouver de quoi combattre, sans aucune direction centrale."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent