Coronavirus : George W. Bush appelle à la compassion et à la gentillesse, Donald Trump lui répond

Coronavirus : George W. Bush appelle à la compassion et à la gentillesse, Donald Trump lui répond
International

PASSE D'ARMES - Donald Trump a répondu à l'appel à la compassion lancé par George W. Bush durant cette pandémie de coronavirus. S'est-il senti visé ?

George W. Bush appelle à la compassion en temps de crise de coronavirus, Donald Trump lui répond. Le président américain a répondu ce dimanche sur Twitter à une vidéo dans laquelle son prédécesseur républicain appelait, sans le nommer, au rassemblement et à la compassion dans le pays face à la pandémie. Aux Etats-Unis, selon les derniers chiffres, l'on dénombre 66.385 décès. Il s'agit du pays le plus touché dans le monde.

Donald Trump a commenté tôt dimanche matin le tweet d'un consultant de la chaîne conservatrice Fox News s'interrogeant du mutisme de George W. Bush lors de la récente procédure en destitution à l'encontre du milliardaire républicain. "Il était aux abonnés absents quand il s'agissait de s'élever contre la plus grosse supercherie de l'histoire américaine", a écrit Donald Trump à propos de son prédécesseur sur son compte Twitter.

Pourquoi de tels propos ? Dans une vidéo partagée samedi par le George W. Bush Presidential Center, l'ancien président dressait un parallèle avec les attentats qui avaient endeuillé les Etats-Unis le 11 septembre 2001, quelques mois seulement après son arrivée à la Maison Blanche. "J'ai vu un grand pays se relever ensemble pour honorer ses héros, pleurer ses morts et s'attaquer à de nouvelles tâches inévitables", y raconte Bush, solennel.

Lire aussi

Sur fond de musique mélancolique et d'images d'archives, le Texan de 73 ans se dit persuadé que cet "esprit de sacrifice" des Américains n'a pas disparu, et lance un appel à la compassion face à la crise actuelle du Covid-19. "Souvenons-nous combien nos différences sont minimes face à cette menace", demande-t-il. "Souvenons-nous que l'empathie et la gentillesse sont des outils essentiels et puissants". Régulièrement critiqué pour son manque d'empathie depuis le début de l'épidémie de coronavirus, Donald Trump s'est peut-être senti visé.

La lutte de l'OMS dans le viseur

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Dans un long et violent réquisitoire, Donald Trump avait annoncé mardi 14 avril la suspension de la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon lui, l'organisation de l'ONU, dont les Etats-Unis sont les premiers contributeurs, aurait commis de nombreuses "erreurs" sur le coronavirus, et serait trop proche de la Chine.

La Maison Blanche dénonce un traitement trop favorable envers la Chine, alors que les mesures américaines face à la crise, comme la fermeture progressive des frontières, avaient rencontré une "vive résistance" de la part de l'organisation en janvier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent