Etats-Unis : les hôpitaux au bord de la rupture mais pas de reconfinement à l'ordre du jour

Coronavirus : le nombre de cas au plus haut aux Etats-Unis
International

CORONAVIRUS - Face aux courbes d'infection en hausse dans de très nombreux Etats américains, des élus tirent la sonnette d'alarme, tandis que des médecins appellent à un confinement plus strict.

La flambée des infections au coronavirus poursuit sa rapide et inquiétante progression aux Etats-Unis. Pays déjà le plus endeuillé de la planète, avec plus de 128.000 morts, les Etats-Unis ont atteint un niveau record, la semaine dernière, avec 53.069 nouvelles contaminations en 24 heures, qui portent le total à plus de 2,8 millions, selon l'Université Johns Hopkins.

Si Donald Trump s'échine à minimiser les dégâts et la gravité de la situation en assurant à la population que l'épidémie est sur le point de s'achever, le pays enregistre malgré tout des nombres d'infections records et les hôpitaux débordent de malades. 

"Nous avons rouvert beaucoup trop tôt"

En effet, de nombreux États sont touchés par une augmentation des infections après que les règles de fermetures ont été assouplies, notamment dans les Etats du sud et de l'Ouest du Pays. Au Texas, dans certains comtés, les hôpitaux sont pleins et les infections sont en hausse, alors que les médecins appellent à un confinement plus strict. "Nos hôpitaux ici dans le comté de Harris, à Houston et dans 33 autres villes... ont des capacités limitées. Donc, leurs lits sont occupés", a déclaré Lina Hidalgo, directrice générale du comté de Harris, qui comprend Houston, au Texas. 

"Les restaurants sont toujours ouverts. Les événements en salle peuvent avoir lieu quelle que soit la taille", a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision ABC. "Ce dont nous avons besoin en ce moment, c'est de faire ce qui fonctionne, c'est un confinement". Face à cette explosion de cas et cette saturation des hôpitaux, le maire démocrate de la ville d'Austin au Texas, Steve Adler, a qualifié le ton du président Trump de "dangereux" pour les habitants de sa ville, dont les services de réanimation risquent d'être débordés "d'ici dix jours". "Si nous n'infléchissons pas la trajectoire, nos hôpitaux pourraient être surchargés dans deux semaines", a-t-il déclaré sur CNN. La maire de la ville de Phoenix, Kate Gallego, a abondé dans son sens : "Nous avons rouvert beaucoup trop tôt en Arizona", a-t-elle déploré, plaidant pour un reconfinement de la population.

Lire aussi

Masque obligatoire dans les lieux publics au Texas

Pour l'heure, Greg Abbott, gouverneur du Texas, semble refuser de prendre cette décision. Il a en revanche rendu le masque obligatoire dans les lieux publics. "Nous pouvons maintenir les entreprises ouvertes et développer notre économie afin que les Texans puissent continuer à gagner leur vie, mais cela exige que chacun d'entre nous joue son rôle pour se protéger mutuellement, ce qui implique de se couvrir le visage dans les espaces publics", a déclaré dans un communiqué cet allié du président Donald Trump. Publié à la veille du week-end de la fête nationale américaine, ce décret du gouverneur donne aussi aux responsables locaux le pouvoir d'interdire certains rassemblements de plus de dix personnes en extérieur.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Le Texas est l'un des Etats qui a rouvert son économie début mai, un processus de déconfinement mis en "pause" jeudi dernier. Greg Abbott avait alors interrompu les opérations chirurgicales non-essentielles dans les grandes villes afin de libérer de la place pour les malades du Covid-19 dans les hôpitaux. De son côté, le patron de l'agence américaine des médicaments (FDA) Stephen Hahn, n'a lui non plus, pas été contre la parole présidentielle mais a exhorté, ce dimanche, 5 juillet, tous les Américains à "prendre cette situation au sérieux".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent