Coronavirus : les États-Unis deviennent le pays avec le plus grand nombre de cas recensés au monde

Coronavirus : les États-Unis deviennent le pays avec le plus grand nombre de cas recensés au monde
International

PANDÉMIE - Un terrible record. Avec près de 1 200 décès liés au Covid-19, et plus de 80 000 cas de contamination, les États-Unis sont devenus jeudi 26 mars le pays le plus touché par la pandémie de coronavirus, qui continue de progresser. Les observateurs américains dénoncent la mauvaise gestion de la crise par la Maison Blanche qui a mené à cette situation dramatique.

Ils sont désormais les premiers concernés par la pandémie. Les États-Unis comptent le plus de cas recensés d'infection au coronavirus dans le monde. Le pays dépasse ainsi la Chine, où l'épidémie s'était déclarée en décembre, et l'Italie, qui compte le plus de grand nombre de morts liés au Covid-19. 

Selon les données du New York Times (article en anglais) publiées ce jeudi, 81 321 cas de contamination ont été comptabilisés. L'Italie dénombrait 80 539 cas et la Chine 81 285, d'après un comptage de l'AFP. Le nombre de décès liés au Covid-19 restait bien plus important en Italie (8 165) qu’aux États-Unis (1 178). Alors que le pays de 330 millions d'habitants avait initialement observé l'évolution du virus de loin, il pourrait bientôt devenir l'épicentre de la pandémie. "Et ce n'est que le début" prévient sur Twitter un médecin urgentiste à New-York.

New-York la plus durement touchée

C'est à New York, capitale économique connue pour sa densité, que l'accélération est la plus forte. La ville compte à elle seule 281 morts sur les 1.201 décès recensés dans le pays. Le numéro d'urgence américain y est saturé: "nous n'avions pas autant d'appels le 11 septembre" 2001, a déclaré à l'AFP Anthony Almojeria, des services médicaux d'urgence. Samedi 28 mars, un navire-hôpital militaire doit arriver en renfort dans la baie de la ville pour soulager les services de santé débordés.

La situation était aussi inquiétante en Louisiane notamment à La Nouvelle-Orléans où le carnaval du Mardi Gras le 25 février, fréquenté par plusieurs centaines de milliers de personnes, a pu être le déclencheur de la contagion, selon les experts.  "Restez chez vous, détendez-vous", a demandé Donald Trump aux Américains lors d'une conférence de presse devenue quotidienne, depuis la Maison Blanche. L'attitude du président américain, qui a tardé notamment à déclarer le confinement du pays, fait l'objet de  vives critiques depuis le début de la crise.

Lire aussi

La politique de Donald Trump pointée du doigt

Les scientifiques avaient averti que cette situation arriverait, et que les américains seraient un jour les plus durement frappés par la pandémie, a dénoncé le New York Times dans son article paru jeudi 26 mars. "Entre les politiques propres à chaque Etat, et les messages contradictoires et incohérents de Donald Trump sur le niveau de danger du virus et la manière de le combattre, une menace sanitaire grave est née", estime le journal.

Le quotidien américain détaille une "série d'étapes manquées et d'opportunités perdues" qui ont conduit à cette situation. Parmi elles : "ne pas avoir pris au sérieux la pandémie alors que la Chine était submergée", attaque-t-il. L'article pointe un "effort profondément insuffisant" de recherche sur le virus, "laissant le pays aveugle face à l'extension de la crise, et à l'urgence du manque de masques et d'équipement pour les soignants en première ligne".

Le nouveau coronavirus a déjà tué plus de 23.000 personnes dans le monde, dont les deux tiers en Europe, où près de 275.000 cas sont officiellement diagnostiqués, selon un comptage réalisé par l'AFP. Réunis jeudi en sommet par visioconférence sous la présidence du roi Salmane d'Arabie saoudite, les dirigeants du G20 ont promis d'injecter 5.000 milliards de dollars pour soutenir l'économie mondiale menacée par la pandémie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent