Coronavirus : Disney supprime 28.000 emplois aux États-Unis

Le parc Disneyland d'Anaheim, en Californie, lors du premier jour de fermeture du parc pour cause de pandémie, le 14 mars 2020.

SOCIAL - Le groupe américain, qui employait 223.000 personnes en décembre 2019, a vu ses recettes divisées par deux entre avril et juin. Sa direction assure avoir "travaillé sans relâche pour éviter de devoir [se] séparer de quiconque".

Confronté aux mesures sanitaires et à une baisse de la fréquentation, Disney a annoncé ce mardi 29 septembre la suppression de 28.000 postes aux Etats-Unis. Les salariés appartiennent aux activités de parcs d’attraction, de croisières, d’événementiel et de produits dérivés. Selon les données fournies par le groupe, la majorité était employée à temps partiel (67%). 

D’après la direction de Disney, ces mesures découlent de "l’impact prolongé du Covid-19 sur [ses] affaires, y compris les réductions de capacité sur les sites en lien avec la distanciation phyisque et les incertitudes sur la durée de la pandémie". Plus particulièrement, le groupe pointe du doigt le maintien en Californie de mesures de restrictions et la fermeture de son Disneyland ; alors que son parc d’Orlando, en Floride, a pu rouvrir en juillet avec une jauge plafonnée. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Dans une lettre à ses salariés, le président du secteur touché, Josh D’Amaro, assure que "depuis plusieurs mois, [son] équipe de ressources humaines a travaillé sans relâche pour éviter de devoir nous séparer de quiconque". "Nous avons réduit les dépenses, précise-t-il, suspendu des projets importants, mis au chômage technique les comédiens et rendu nos opérations plus efficaces, mais nous ne pouvons pas garder tous nos employés en ouvrant avec des capacités aussi limitées."

Pendant trois mois, d’avril à juin, le géant des divertissements a encaissé 11,8 milliards de dollars de recettes. Une somme divisée par deux par rapport à l’année précédente. Particulièrement touchés, les parcs et l’événementiel ont vu leur activité chuter de 85% à 983 millions de dollars, tandis que seuls les services de streaming font état d'un chiffre d’affaires en progression en 2020.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.