Coronavirus : l'Italie ferme tous ses commerces sauf pour l'alimentation et la santé

Conte annonce la fermeture de la plupart des commerces en Italie

COUP D'ARRET - Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé ce mercredi soir la fermeture de tous les commerces dans la péninsule, sauf ceux des secteurs de la distribution alimentaire et de la santé. Une décision d'envergure pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus.

Pour tenter d'enrayer la progression du coronavirus, qui a déjà fait plus de 800 morts, le gouvernement italien a décidé de frapper un grand coup, en annonçant la fermeture de tous les commerces de la péninsule en dehors des secteurs de la distribution alimentaire et de la santé. "Nous fermons les commerces, les bars, les pubs, les restaurants", a déclaré ce mercredi soir le Premier ministre Giuseppe Conte lors d'une allocution solennelle. "La livraison à domicile restera autorisée." "Les effets de ce grand effort seront visibles dans une quinzaine de jours", a-t-il promis.

Des mesures draconiennes qui vont beaucoup plus loin que celles annoncées dans la soirée du lundi 9 mars par décret et qui voyait le gouvernement prendre de strictes mesures de confinement de la population, avec notamment une restriction des déplacements jusqu'au 3 avril. "Tous les Italiens devront "éviter les déplacements" sauf pour aller travailler, se ravitailler ou encore pour des soins médicaux. Les rassemblements sont également prohibés", avait affirmé Giuseppe Conte sur un ton grave. Pour autant, "ces mesures devaient garantir la continuité de l'activité économique", avait-il assuré.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

En vidéo

Coronavirus : pourquoi y a-t-il autant de morts en Italie ?

Lire aussi

Deuxième pays le plus touché au monde

Derrière la Chine, l'Italie est le deuxième pays au monde le plus touché par la pandémie, avec 827 morts et 12.462 cas, selon un bilan rendu public mercredi soir. Des responsables de la Lombardie, la région de Milan (nord), de loin la plus touchée (617 morts) et poumon économique du pays, demandaient depuis plusieurs jours au gouvernement de renforcer les restrictions. "Certains pensent qu'au lieu de prolonger une agonie qui dure des mois", il vaut mieux "arrêter définitivement la contagion", avait ainsi déclaré ce mardi la président de la Vénétie (nord), Luca Zaia, plaidant pour des mesures radicales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter