Un Américain meurt après avoir avalé du phosphate de chloroquine

Un Américain meurt après avoir avalé du phosphate de chloroquine
International

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

MAUVAISE IDÉE - Un habitant de l'Arizona est décédé, lundi, après avoir avalé un nettoyant pour aquarium contenant du phosphate de chloroquine. Sa femme a été hospitalisée. Le couple en avait eu l'idée après avoir entendu un discours de Donald Trump vantant les mérites de la chloroquine, un antipaludéen actuellement testé avec quelques réussites à travers le monde.

Donald Trump avait dit que la chloroquine pourrait être "un don du ciel" et "changerait vraiment changer la donne" face à l’épidémie de coronavirus. Un couple d’Américains l’a pris au mot, malgré l’appel à la prudence de l’Organisation mondiale de la santé face à cet antipaludéen qui n’a pas encore prouvé ses vertus véritables.

Les autorités de l’Arizona ont annoncé, lundi soir, le décès d’un homme qui avait avalé du phosphate de chloroquine tandis que sa femme a été hospitalisée en soins intensifs. Le couple a ingurgité le produit sous la forme d’un produit nettoyant pour aquarium afin de s’auto-médicamenter contre le coronavirus.

Lire aussi

"Compte tenu de l'incertitude entourant COVID-19, nous comprenons que les gens essaient de trouver de nouvelles façons de prévenir ou de traiter ce virus, mais l'automédication n'est pas le moyen de le faire", a déclaré le Dr Daniel Brooks, directeur du centre médical d’information sur les poisons et les drogues, Banner Health, un réseau d’établissements de santé à travers les Etats-Unis qui a révélé l'affaire. "La dernière chose que nous voulons en ce moment est d'inonder nos services d'urgence avec des patients qui croient avoir trouvé une vague solution risquée qui pourrait potentiellement mettre leur santé en danger."

Interrogé sur la chaîne NBC News, la femme de l’homme décédé a expliqué que l’idée leur avait été inspirée par le discours du président Trump qui vantait les mérites de la chloroquine. "Trump disait que c’était pratiquement un remède", confie-t-elle, ajoutant que son mari et elle avaient avalé une cuillère à café de l’additif. "Ne prenez rien. Ne croyez rien de ce que le président ou son équipe disent, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Appelez votre médecin," a-t-elle martelé.

En vidéo

La chloroquine, un "don du ciel", selon Donald Trump

Des tests sur des patients français en état grave

Depuis plusieurs jours, la chloroquine est au cœur des débats après des premiers essais fructueux, mais sur un nombre réduit de patients. Peu onéreuse, utilisée depuis des décennies, cette molécule est souvent injectée à des personnes se rendant dans des zones infestées par le parasite du paludisme que transmet le moustique à l’homme.

En France, la chloroquine va être testée sur des patients en état grave, a décidé lundi le Haut conseil de santé publique. Mais le ministre de la Santé, Olivier Véran, a souligné que les formes "moins sévères" du Covid-19 ne ferait pas l’objet d’essai.

En vidéo

Édouard Philippe : "Nous n'allons pas autoriser la mise sur le marché de la chloroquine"

La France compte désormais 860 décès depuis le début de l’épidémie de coronavirus, dont 186 entre dimanche et lundi. Pas moins de 19.856 personnes ont été contaminées. Plus de 2.000 personne se trouvent actuellement dans les services de réanimation sur les 8.675 patients hospitalisés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent