Singapour face au contrecoup de la deuxième vague épidémique

Singapour face au contrecoup de la deuxième vague épidémique

NOUVELLES CONTAMINATIONS - Alors que les autorités sanitaires de Singapour croyaient en avoir terminé avec la pandémie de coronavirus, de nouveaux cas positifs au Covid-19 sont apparus ces derniers jours. La cité-Etat fait désormais face à la deuxième vague épidémique que redoutent les pays européens.

Auparavant érigé comme modèle de lutte contre l'épidémie, Singapour a recensé vendredi près de 200 nouveaux cas d'infections au coronavirus, dont une personne qui en est morte, et affronte une deuxième vague foudroyante de contaminations. Alors qu'il était encore inférieur à 1500 cas en début de semaine, le bilan total se porte désormais à 2108 infections, dont sept mortelles.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La cité-Etat figurait parmi les premiers endroits de la planète à avoir détecté des cas de contaminations après la découverte du virus en Chine, mais était parvenue à en contenir la propagation grâce à une stratégie de contrôle très stricte et de traçage des contacts avec les personnes infectées. Mais le mois d'avril a vu émerger un pic de contaminations locales, obligeant le gouvernement à imposer des mesures sévères auxquelles il ne s'était jusqu'à présent pas résolu, parmi lesquelles la fermeture de la majorité des lieux de travail ou des écoles.

Lire aussi

Une deuxième vague dans plusieurs pays asiatiques

A l'instar de Hong Kong, des pays et territoires asiatiques qui présentaient des bilans assez faibles lors des premières étapes de la pandémie se retrouvent à présent face à une deuxième vague, lorsque leurs concitoyens, exilés les premiers temps, reviennent de l'étranger et réinfectent à nouveau localement la population.

A Singapour, d'immenses complexes résidentiels hébergeant des travailleurs sud-asiatiques sont devenus des foyers d'infections, avec plus de 500 nouveaux cas apparus sur plusieurs sites. Les autorités ont ordonné la quarantaine pour des dizaines de milliers d'ouvriers, et déplacent une grande partie d'entre eux vers d'autres quartiers, afin d'éviter une propagation plus grande.

En vidéo

Coronavirus : le confinement pour faire face à une "deuxième vague" de contamination à Singapour

Un avertissement pour l'Europe

Ce chiffre des nouvelles infections, bien que bas que dans d'autres régions du globe (le monde entier totalise plus de 100.000 décès liés au coronavirus), sonne en tout cas comme un avertissement : les pays ne doivent pas baisser la garde, même quand ils pensent avoir passé le pic épidémique, au risque de se retrouver dans une situation similaire à celle de Singapour.

De fait, cette fameuse deuxième vague peut également être redoutée en Europe. Alors que la France semble avoir atteint un plateau épidémique, le futur déconfinement sera prépondérant sur la capacité du pays à éviter une deuxième vague. Mais selon Arnaud Banos, chercheur au CNRS spécialiste de la modélisation, l’exemple de Singapour a de véritables risques de se produire en France. "En l’état actuel de la courbe épidémique, il n’est absolument pas envisageable" que le pays échappe à un rebond épidémique post-confinement, expliquait-il il y a quelques jours à LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

EN DIRECT - Covid-19 : 600.000 personnes vaccinées en 24h en France, un nouveau record

"Vous lui avez volé sa vie" : la famille d'Arthur Noyer interpelle Nordahl Lelandais

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.