Dépistage du Covid-19 : l'Allemagne va mettre un terme aux tests gratuits

Pour endiguer la propagation de l'épidémie, d'autres pays d'Europe ont mis en place le pass sanitaire, mais avec quelques particularités.

ECHEANCE - L'Allemagne va mettre un terme à la gratuité du dépistage du Covid-19 à compter d'octobre dans l'espoir de relancer une campagne de vaccination qui patine, ont décidé mardi le gouvernement et les régions.

A partir du mois d'octobre, les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner en Allemagne devront payer un test prouvant qu'elles sont négatives au Covid-19 pour pouvoir notamment aller au cinéma, au restaurant ou en salle de sport. C'est ce qu'ont décidé mardi le gouvernement et les régions dans l'espoir de relancer une campagne de vaccination qui patine.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

La gratuité du dépistage du Covid-19 restera toutefois en vigueur pour les personnes ne pouvant pas se faire vacciner pour des raisons médicales, pour les femmes enceintes ou les enfants, selon le texte adopté lors de la réunion entre Angela Merkel et les seize chefs de gouvernements régionaux.

La vaccination au ralenti

Comme le pays dispose désormais de suffisamment de doses de vaccins pour l'ensemble des citoyens, "nous allons mettre un terme à la gratuité des tests à partir du 11 octobre", a justifié la chancelière. Et elle a dit espérer que "les taux de vaccination augmentent de nouveau nettement" jugeant qu'il était "de la responsabilité de tous" d'encourager la vaccination.

Après avoir vacciné plus d'un million de personnes par jour au plus fort de la campagne, le rythme a drastiquement ralenti dans la première économie européenne pendant les vacances estivales. Quelque 52 millions de personne ont reçu au moins une dose dans le pays, soit 62,5% de la population, selon les dernières données de l'Institut de veille sanitaire Robert Koch. Depuis plusieurs semaines, le débat enfle dans le pays sur les moyens de convaincre les réticents sans rendre la vaccination obligatoire, alors que les infections et les craintes d'une quatrième vague de la pandémie augmentent.

"Il est exclu de surcharger le système de santé"

Angela Merkel a plus d'une fois réaffirmé son opposition à une obligation de se faire vacciner générale ou partielle, comme en France ou en Grèce pour le personnel soignant notamment. Mais l'idée de tests payants a été critiquée, notamment par l'extrême-droite, comme une façon indirecte de contraindre les réticents à se faire vacciner pour éviter de subir une restriction de leur liberté de mouvement.

Merkel a répliqué mardi qu'on ne pouvait pas demander aux personnes immunisées de continuer d'être soumises à des restrictions parce qu'une partie de la population refuse le vaccin. "Nous devons aussi penser à ceux qui travaillent à l'hôpital et il est exclu de surcharger le système de santé", a-t-elle insisté. En faisant payer les tests à l'avenir, l'Allemagne emprunte un chemin similaire à celui de plusieurs pays européens, dont la France, où un pass sanitaire est désormais exigé pour par exemple aller au cinéma, au café ou prendre le train.

Lire aussi

A noter qu'une preuve de vaccination ou un test négatif seront également exigés dès que le seuil d'infections atteint 35 cas pour 100.000 habitants sur sept jours. L'incidence s'élevait à 23,5 mardi dans le pays, mais certains Länder, y compris les villes Etat de Berlin et de Hambourg, elle a déjà dépassé le seuil des 35.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : le pass sanitaire en vigueur dans les stations de ski françaises à partir de ce samedi

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.