Elon Musk brave l'interdiction de rouvrir son usine Tesla en Californie, Donald Trump le soutient

Elon Musk, le patron du constructeur automobile Tesla.
International

ETATS-UNIS - Après avoir insulté les autorités locales qui refusaient de le laisser rouvrir immédiatement son usine californienne, le patron de Tesla a annoncé lundi sa reprise d'activité, les mettant au défi de venir l’arrêter. Il a reçu le soutien de Donald Trump ce mardi.

Elon Musk est furibond. Le bras de fer entre le milliardaire et les autorités du comté d’Alameda continue encore et toujours. Lundi 11 mai, le patron de Tesla a annoncé sur Twitter la reprise de l’activité de son usine californienne, qui emploie 10.000 personnes. "Tesla reprend la production aujourd'hui, contre les règles du comté d'Alameda. Je serai dans les rangs avec tout le monde. Si quelqu'un est arrêté, je demande que ce soit moi, et moi seul", a lancé le patron du constructeur automobile, un brin provocateur, comme à son habitude .

"Aujourd'hui, le 11 mai, nous avons appris que l'usine Tesla de Fremont avait rouvert au-delà du minimum autorisé", a immédiatement réagi, dans un communiqué, le comté situé près de San Francisco, où se trouve l'usine fermée depuis la mi-mars. Avant d'autoriser les entreprises non essentielles à rouvrir leurs portes, les autorités locales souhaitent trouver un accord notamment pour encadrer les nouvelles conditions de travail, dans le but de limiter le risque de diffusion du virus. Tesla n'est d'ailleurs pas la seule entreprise du comté à braver les consignes.

Mardi, le patron milliardaire a reçu un soutien de poids : celui de Donald Trump, lui aussi via un tweet. "La Californie devrait laisser et Elon Musk rouvrir l'usine, MAINTENANT. Cela peut être fait rapidement et sûrement!", a écrit le président des Etats-Unis. 

Une plainte déposée samedi contre le comté d'Alameda

Auparavant, Elon Musk avait passé une bonne partie du week-end à pester sur le réseau contre l'interdiction temporaire du comté. "Franchement, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tesla va immédiatement déplacer son siège et ses futurs projets au Texas/Nevada. Et si on devait garder une activité manufacturière à Fremont, cela dépendra de la façon dont nous sommes traités", a-t-il écrit, accusant les autorités locales d'être "irrationnelles et coupées de la réalité".

L'entreprise d'Elon Musk a déposé une plainte samedi contre le comté d'Alameda, affirmant que sa décision contredit les règles fédérales et celles de la Californie, où les entreprises considérées comme "essentielles" sont autorisées à fonctionner. Le constructeur fait valoir que cette définition s'applique à son cas, puisqu'il installe des panneaux solaires et des bornes pour charger les voitures électriques.

Lire aussi

Lundi matin, le fantasque patron a reçu le soutien du secrétaire américain au Trésor. "Je suis d'accord avec Elon Musk. C'est l'un des plus gros employeurs et constructeurs de Californie", a déclaré Steven Mnuchin sur la chaîne américaine CNBC. "La Californie devrait se concentrer sur ce qu'ils doivent faire pour résoudre les problèmes de santé afin qu'il puisse ouvrir rapidement et de façon sûre, sinon ils vont réaliser qu'il a déménagé sa production dans un autre Etat", a mis en garde le membre du gouvernement Trump.

Un comté du Texas a sauté sur l'occasion, en s'empressant de proposer à Elon Musk de venir installer ses opérations sur son territoire. "J'ai lu votre mécontentement vis-à-vis des autorités californiennes (...) et je voulais vous faire savoir que le comté d'Hidalgo est prêt pour vous accueillir immédiatement, vous et Tesla Motors", a écrit Richard Cortez, haut-fonctionnaire du comté, dans une lettre publiée sur Twitter. "Nous avons un gouverneur motivé, favorable aux affaires", a-t-il fait valoir, rappelant qu'Elon Musk disposait déjà d'un site de lancement de satellite pour une autre entreprise, SpaceX. "Tout ce que vous avez à faire c'est de choisir un emplacement".

"Fasciste" et "pas démocratique"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les envolées bravaches d'Elon Musk n'ont guère ému les marchés : le titre était stable lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street. "Déménager de Fremont prendrait au moins 12 à 18 mois", note l'analyste Dan Ives de Wedbush Securities. "C'est une partie de poker avec des enjeux élevés, et Musk vient de montrer ses cartes. Tous les yeux sont désormais tournés vers les autorités locales et de la Californie".

Le milliardaire s'était déjà enflammé lors d'une téléconférence avec des analystes financiers, jugeant que le prolongement du confinement était "fasciste" et "pas démocratique". Tesla a réussi à afficher un bénéfice modeste mais surprise de 16 millions de dollars au 1er trimestre, un bond de 33% des livraisons de voitures et un chiffre d'affaires en hausse de 32% à 5,99 milliards de dollars.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent