Coronavirus en Italie : des élus du sud-est de la France tirent la sonnette d’alarme et demandent un plan d'urgence

Le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a explosé en quelques heures en Italie. L'une de nos équipes s'est rendue dans la ville de Codogno, devenue une ville interdite car elle est considérée comme l'épicentre de l'épidémie.

L’INQUIÉTUDE MONTE - Les députés et maires des communes situées à la frontière franco-italienne ont appelé à la mise en place d'un plan d'urgence afin de faire face à l'épidémie du Coronavirus qui s'est soudainement propagée en Italie.

Alors que les cas de Coronavirus se sont multipliés en Italie, l'inquiétude grimpe en France. Dans les Alpes-Maritimes, les maires des communes avoisinant la frontière italienne ont fait part de leurs craintes de voir le virus s'exporter en Hexagone. De nombreux députés ont appelé sur Twitter à des mesures d'urgence, après que les cas soient passés de six à près de 150 ce dimanche dans la péninsule. "Face à l’évolution du Coronavirus en Italie ces dernières heures, je participerai, demain à 10h, à une réunion d’urgence avec le préfet des Alpes-Maritimes pour faire le point sur les moyens mis en œuvre par l’Etat à Nice et dans notre département", a écrit Christian Estrosi, maire LR de Nice.

Le député Eric Ciotti des Alpes Maritimes a interpellé Edouard Philippe en lui adressant un courrier : "Pour protéger les Français, j'ai écrit au Premier ministre pour lui demander un plan d'urgence & des contrôles renforcés à la frontière italienne. Les Alpes-Maritimes enregistrent un flux quotidien de dizaines de milliers de personnes avec l'Italie."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Eric Ciotti a demandé la mise en place d’un plan d’urgence pour le département frontalier des Alpes-Maritimes, la mobilisation des établissements hospitaliers ainsi que des mesures renforcées de contrôle à la frontière. Le maire d'Antibes, Jean Leonetti, a appelé à ne pas "affoler les populations".

En vidéo

L'Hexagone va-t-elle renforcer ses dispositions contre le coronavirus ?

La France se tient prête

La France se prépare à une possible "épidémie" du nouveau coronavirus, a déclaré le ministre français de la Santé Olivier Véran dans un entretien publié dans le Parisien Dimanche, estimant "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France. "Une épidémie? Nous nous y préparons", a-t-il dit, évoquant notamment l'augmentation du "nombre de laboratoires équipés en tests de diagnostic pour atteindre une capacité de plusieurs milliers d'analyses par jour et sur tout le territoire, contre 400 aujourd'hui".

Lire aussi

Quelque 70 hôpitaux supplémentaires vont "être activés" pour faire face à une éventuelle propagation en France du coronavirus, afin d'avoir au moins un établissement par département en France métropolitaine, a-t-il précisé dimanche  soir lors d'un point presse. Il a précisé s'être entretenu avec ses homologues italien et allemand et avoir convenu d'une réunion "probablement la semaine prochaine".

 Il a toutefois estimé qu'une fermeture de la frontière avec l'Italie "n'aurait pas de sens", interrogé un peu plus tard sur France 2.  "Ça n'aurait pas de sens parce qu'un virus ne s'arrête pas aux frontières", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Lire et commenter