Arrêtés en Inde pour non-respect du confinement, des touristes recopient 500 fois "je suis désolé"

En Inde, la police effectue des contrôles pour faire respecter le confinement.

INHABITUEL - Des touristes étrangers, qui avaient violé les mesures de confinement décrétées depuis fin mars en Inde pour se promener sur les rives du Gange, ont été forcés d'écrire 500 fois "pardon".

Leur tort ? Avoir bafoué le confinement. Leur punition ? Écrire 500 fois "je suis désolé" sur des morceaux de papier. À Rishikesh, la police indienne a innové pour sanctionner des étrangers ayant violé les règles. Dix touristes, venus d'Israël, du Mexique, d'Australie et d'Autriche, ont été arrêtés alors qu'ils se promenaient sur les rives du Gange et dans les rues de cette ville située au pied de l'Himalaya et qui avait été choisie par les Beatles pour faire une retraite spirituelle dans un ashram en 1968.

"La police avait reçu des informations selon lesquelles certains étrangers défiaient le confinement et se rendaient au Gange depuis la plage de Neem jusqu'à Sai Ghat à Tapovan pour se détendre", a raconté au Hindustan Times Vinod Kumar. Selon cet officier de la police locale, en charge du poste de contrôle, l'incident s'est produit près de Tapovan, l'un des sites touristiques les plus populaires de Rishikesh. "Sur la base des informations reçues samedi, j'ai décidé,  avec un autre membre de mon poste de contrôle, de patrouiller sur ce tronçon sur lequel nous avons trouvé dix étrangers se promenant."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Une punition "légère" et inhabituelle

D'après le responsable du poste de contrôle de Tapovan, les touristes ont a cru que l'assouplissement du confinement, autorisant les gens à sortir de 7h à 13h pour acheter des biens de première nécessité, pouvait leur permettre de s'aventurer où bon leur semblait. "Ils ont dit qu'ils n'étaient pas au courant de cela. J'ai alors demandé à l'un de mes hommes d'apporter 50 à 60 pages vierges et j'ai donné cinq pages à chacun des dix étrangers en leur demandant d'écrire : 'Je n'ai pas suivi le verrouillage. Je suis désolé' 500 fois comme punition", a expliqué le policier pour justifier cette sanction inhabituelle.

Il a par ailleurs averti les touristes que s'ils n'écrivaient pas les excuses, une punition qualifiée de "légère", "ils seraient sur liste noire, ce qui les empêcherait d'entrer à nouveau en Inde". "Ils ont accepté la punition et ont rédigé les excuses 500 fois sur place", a-t-il poursuivi. "Ils ont ensuite été relâchés avec un rappel à l'ordre et on leur a dit de ne pas sortir sans raison."

Lire aussi

Depuis le confinement décrété fin mars pour le pays entier, la police indienne s'est distinguée  par ses méthodes pour lutter contre la propagation du virus. Dans certains États, des policiers s'en sont pris physiquement aux contrevenants qui étaient sortis, quand d'autres ont choisi de leur faire faire des squats, des pompes ou des saute-moutons en pleine rue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

EN DIRECT - Covid-19 : le pass sanitaire maintenu pour l'instant dans tous les départements

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Emmanuel Macron va s'expliquer avec Joe Biden cet après-midi

VIDÉO - "Bien sûr que j'ai peur" : au cœur de La Palma, sous la menace de coulées de lave destructrices

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.