Covid : l'Inde submergée, un record mondial de 350.000 cas en 24 heures

Inde : l'épidémie de hors de contrôle

HORS DE CONTRÔLE - L'Inde a battu dimanche 25 avril ses records quotidiens de contaminations et de décès. Face à cette situation épidémique alarmante, due au variant local, l'Union Européenne - en tête - va porter "assistance" au pays.

Des records de contaminations battus quotidiennement. Dimanche 25 avril, l'Inde a recensé 349.691 nouvelles contaminations au coronavirus, du jamais vu au niveau mondial. Le pays, qui compte 1,3 milliard d'habitants, est en proie à une poussée épidémique sans précédent. Principalement, à cause du variant indien, potentiellement plus contagieux et mortel. Sur les sept derniers jours, plus de deux millions de nouveaux cas ont été enregistrés, soit une hausse de 58% par rapport à la semaine précédente. Parallèlement, 2767 décès ont été dénombrés en 24 heures, un chiffre inédit depuis le début de la pandémie.

Face à cette situation, devenue hors de contrôle, le confinement décrété à New Delhi a été prolongé d'une semaine supplémentaire. "Les ravages du coronavirus se poursuivent et il n'y a pas de répit", a expliqué le ministre en chef Arvind Kejriwal. La capitale, qui compte 20 millions d'habitants, est, avec la région du Cachemire indien, l'agglomération la plus touchée, avec un mort du Covid toutes les quatre minutes. Un confinement d'une semaine y avait débuté le 19 avril pour tenter d'atténuer la pression sur les hôpitaux, confrontés à une grave pénurie d'oxygène. Sans effet concret, pour le moment.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La crise sanitaire met de nouveau en lumière la vétusté du système de santé indien, alors que la colère monte contre le manque de préparation présumé du gouvernement fédéral face à cette vague épidémique. Twitter a confirmé avoir supprimé, à la requête des autorités indiennes, des dizaines de tweets qui critiquaient l'exécutif dans la gestion de la crise sanitaire. La faiblesse des ressources dans les hôpitaux, où des patients ont péri du fait des pénuries d'oxygène, était dénoncée par certains tweets émanant d'élus de l'opposition. "Quand nous recevons une requête qui est légalement recevable, nous l'examinons au prisme des règles de Twitter et des lois locales", a expliqué le réseau social à l'oiseau bleu. 

En vidéo

Les Vérificateurs : l'épidémie en Inde, pire qu'au Brésil ?

Dans son allocution mensuelle radiodiffusée, le Premier ministre Narendra Modi a estimé que l'Inde était secouée par "une tempête" et a appelé les gens à se faire vacciner et à ne pas "se laisser influencer par quelque rumeur que ce soit sur les vaccins". L'Inde a administré près de 141 millions de doses de vaccins anti-Covid jusqu'à présent, mais les experts estiment qu'il faudrait accroître significativement ce nombre. Le gouvernement a intensifié les efforts pour l'approvisionnement d'oxygène, avec des trains et des vols spéciaux de l'étranger provenant notamment d'Allemagne, de Singapour ou d'Arabie saoudite. Plus de 500 unités de production d'oxygène seront également installées dans des hôpitaux publics, a déclaré le ministère de la Santé. 

L'UE, les États-Unis et même le Pakistan à son chevet

Face au système de santé indien, qui craque sous le flot des malades, l'Union européenne a annoncé son intention de fournir une "assistance" à l'Inde, en activant son Mécanisme européen de protection civile. Institué en 2001, il permet aux États membres de l'UE participants de coordonner leur aide et de déployer des moyens dans le monde entier en cas de situation d'urgence de grande ampleur à laquelle ne peut pas faire face seule la protection civile d'un pays. "L'UE met en commun ses ressources pour répondre rapidement à la demande d'assistance de l'Inde via le Mécanisme de protection civile de l'UE", a écrit 

la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui se dit "alarmée par la situation épidémiologique".

Lire aussi

Plus tôt, la chancelière allemande Angela Merkel s'était dite prête à tendre la main à l'Inde. Les États-Unis vont, pour leur part, "déployer rapidement un soutien additionnel au peuple de l'Inde et aux héros du système de santé indien", a tweeté le secrétaire d'État américain Antony Blinken. Le Pakistan, ennemi traditionnel, a proposé des équipements et fournitures médicaux et son Premier ministre Imran Khan a envoyé sur Twitter ses prières pour "un rapide rétablissement". La pandémie frappe également ce pays voisin, qui a rapporté dimanche 157 décès en 24 heures, le plus fort bilan depuis le début de la crise.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Tensions à Jérusalem, frappes sur la bande de Gaza : Washington condamne "une escalade inacceptable"

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Gironde : un policier attaqué au couteau, l'assaillante est décédée

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.