"La Chine est la seule à pouvoir apporter une assistance aux pays qui en ont besoin"

"La Chine est la seule à pouvoir apporter une assistance aux pays qui en ont besoin"
International

INTERVIEW - Convois de masques et d'équipements médicaux, tests de dépistages... En médiatisant son aide apportée aux autres Etats frappés par le coronavirus, la Chine relance sa stratégie internationale. Une politique que décrypte Barthélemy Courmont, responsable du pôle Asie-Pacifique à l’Institut des relations stratégiques et internationales (Iris).

Des ponts aériens vers la France convoyant des centaines de millions de masques, des respirateurs et des tests de dépistages envoyés massivement vers les pays d'Europe les plus exposés au Covid-19, des médecins, virologues et autres spécialistes dépêchés en renfort d'équipes locales parfois dépassées... La Chine, première touchée par la pandémie et désormais en passe d'en sortir, se projette déjà vers l'avenir. Et si la crise du coronavirus qui a fait trébucher cette puissance mondiale lui servait de moteur pour relancer son influence internationale ? 

Les explications de Barthélemy Courmont, maître de conférences à l'Université catholique de Lille et responsable du pôle Asie-Pacifique à l’Institut des relations stratégiques et internationales (Iris).

Lire aussi

LCI : Il y a quelques jours, l'ambassade de Chine a Paris a vanté la gestion "particulièrement performante" de son pays face au Covid-19 ainsi que son "sens de la collectivité qui fait défaut aux démocraties occidentales". Ce ton professoral de la diplomatie chinoise est-il nouveau ?

Barthélemy Courmont : Le ton employé n'est pas totalement inhabituel. Voilà trois ou quatre ans que les diplomates chinois relayent ainsi les critiques sur le monde occidental. Il y a toutefois une accélération. Plutôt que de faire la démonstration de sa bonne gestion de la pandémie, la Chine n'accepte plus la moindre critique sur cette gestion. Alors que le Covid-19 s'est déplacé vers l'Occident, non seulement elle refuse qu'on lui donne des leçons, mais elle se met elle-même à en donner. 

Est-ce une réponse à des accusations formulées dans les pays occidentaux ?

Oui. On observe depuis quelques semaines une campagne critique sur le nombre de victimes du coronavirus en Chine, au regard notamment du bilan humain en Italie. Il faut reconnaître que ces soupçons ne sont pas fondés et sont assez discutables. La Chine est en position de riposte face à cette campagne visant à atténuer l'image positive qu'elle souhaite se donner. Cette riposte était déjà visible lorsque Donald Trump a parlé de "virus chinois". On a vu un haut responsable chinois relayer une théorie complotiste selon laquelle le virus aurait été importé par les Etats-Unis. On est dans l’œil pour œil, dent pour dent. 

Il s'agit de montrer que la Chine a les clés pour aider les autres pays- Barthélemy Courmont, responsable du pôle Asie-Pacifique à l'Iris

La Chine médiatise fortement l'aide en matériel médical qu'elle envoie dans de nombreux pays. Quel est l'enjeu de cette diplomatie sanitaire ?

Cette stratégie est liée à l'image fortement écornée de la Chine en janvier dernier, lorsque la pandémie semblait totalement hors de contrôle sur son territoire. On a d'abord vu les autorités chinoises reprendre la main en interne, notamment en sanctionnant des cadres locaux à Wuhan. Aujourd'hui, alors que le virus régresse sur son territoire, elle s'engage dans une stratégie internationale. Il s'agit de montrer que la Chine a les clés pour aider les autres pays. Il est désormais possible de lui acheter du matériel. La Chine est le seul pays vraiment capable d'apporter une assistance aux pays qui en ont besoin. Elle vient de le faire auprès de 54 pays africains. 

Quel est son objectif ?

La Chine agit plus par nécessité que par choix. Elle a besoin d'une remondialisation. Il faut que les économies développées sortent de la crise au plus vite, il en va de la bonne santé économique du pays. Par ailleurs, Pékin a pris l'habitude, dans son bras de fer avec les Etats-Unis, de profiter des faiblesses de ces derniers pour surjouer le rôle du vainqueur. Cela est d'autant plus vrai que les Etats-Unis vont devoir se replier, pris dans de nombreuses difficultés. Même si la situation économique reste très difficile en Chine, elle va tenter de reprendre la main sur le plan international. 

Cette crise agit comme un accélérateur de tendances qui étaient déjà amorcées- Barthélemy Courmont, responsable du pôle Asie-Pacifique à l'Iris

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

La Chine peut-elle ressortir gagnante de cette crise mondiale ?

Je le crois. Cette crise agit comme un accélérateur de tendances qui étaient déjà amorcées : l'isolement et un certain déclin des Etats-Unis, en perte d'influence sur la scène internationale, l'Union européenne encore plus fragilisée, confrontée à ses difficultés à travailler ensemble, et une Chine encore plus forte. En outre, et j'insiste sur ce point, la Chine va conforter son image auprès des pays en développement qui vont avoir besoin de son aide pour faire face à la pandémie. Elle pourra se servir de ce succès pour s'ériger en modèle dans ces pays. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent