Non, des résidents de maison de retraite ne sont pas morts à cause du vaccin contre le Covid-19

Pfizer recommande de ne pas effectuer de pli avec la peau au moment de l'injection.

FAKE NEWS - Sur Twitter, un adepte des complots insinue ce mardi qu'il y aurait eu 24 morts dans une maison de retraite américaine à cause du vaccin contre le coronavirus. Une fausse information.

Le mécanisme est tout droit sorti du manuel du parfait complotiste. Sur Twitter, un internaute partage ce mardi 12 janvier un titre de presse alarmiste. "24 morts et 137 infectés au foyer de soins de New York après des injections expérimentales de COVID", peut-on lire sur la capture d'écran. En légende, Silvano Trotta, un YouTubeur de la complosphère, explique qu'il y aurait eu 24 décès dans cette maison de retraite après que "80% des patients" ont été vaccinés. Avant de conclure que l'on "devrait vraiment enquêter pour écarter la simple 'coïncidence'". 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

S'il procède par insinuation, cet habitué de fausses informations, qui a notamment détourné une photo d'un groupe de soignants par un vulgaire montage, ne berne personne. En commentaires, ses adeptes estiment que tout est orchestré. "Leur plan est de faire baisser la population mondiale, donc rien de surprenant", écrit un internaute. "Ce vaccin tue ça parait une  évidence", commente un autre en repartageant la rumeur. 

Des infections bien avant la vaccination

Interrogé sur ses sources, Silvano Trotta se dérobe, écrivant qu'il ne peut "pas publier le lien", criant même à la "censure". En réalité, une simple recherche en anglais sur Google permet de retrouver un article sur cet événement. Et de comprendre qu'il dit tout à fait l'inverse. 

Dès la quatrième ligne, l'article de Syracuse.com, site sur l'information locale de cette ville américaine située dans l'État de New York, revient sur cette explosion des cas. On y lit [en anglais] que l'épidémie dans cette maison de soin a en réalité éclaté fin décembre. L'épidémie "a commencé le 21 décembre alors qu'une vague de cas de contaminations a frappé le comté après Thanksgiving", avait ainsi déclaré une responsable, Julie Sheedy. C'est-à-dire que les premières personnes tombées malades avaient contracté le Covid-19 au moins trois jours avant. 

Lire aussi

Or, ces contaminations sont apparues avant la vaccination. La campagne au sein de cet établissement n'avait débuté que le 22 décembre. Interrogé par la presse locale, la responsable de la maison de retraite avait d'ailleurs regretté ce délai. "Nous aurions certainement souhaité que les vaccins soient disponibles plus tôt pour aider à prévenir les ravages causés par ce virus." Tout le contraire de ce qu'insinuent ces fervents opposants aux vaccins. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccin anti-Covid : le retard de livraison de Pfizer-BioNTech rattrapé "à la fin du 1er trimestre"

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Lire et commenter