"Bulle sociale" réduite, courses en solitaire... La Belgique durcit encore le ton face à la hausse des cas de Covid-19

Le gouvernement belge a annoncé de nouvelles restrictions pour enrayer un retour de l'épidémie de coronavirus. Des mesures vécues comme un retour en arrière, mais qui s'avèrent nécessaires.

BRUXELLES - Après une première salve de mesures la semaine dernière, le gouvernement belge a resserré la vis ce lundi 27 juillet pour freiner la circulation du virus en annonçant de nouvelles restrictions. LCI fait le point.

Voici un bilan inquiétant qu’affiche la Belgique : en moyenne, 279 nouvelles contaminations quotidiennes étaient rapportées la semaine dernière, soit une augmentation de 149%. Depuis le début de l'épidémie, le pays dénombre 9.821 décès et 66.026 cas recensés, selon le dernier bilan dressé lundi 27 juillet.

En conséquence, le gouvernement a été forcé de prendre des mesures plus contraignantes à l’occasion d’un Conseil national de sécurité (CNS), présidé ce lundi par la Première ministre Sophie Wilmès. "Bulle sociale", télétravail et courses en solitaire, voici ce qu’il faut retenir des nouvelles consignes à l’intention de la population.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Une "bulle sociale" limitée

La bulle de contact ou encore "bulle sociale", c’est-à-dire le nombre de personnes que les Belges sont autorisés à voir sans respecter strictement la distanciation physique, passe de 15 à 5 personnes à partir du 29 juillet et ce pour quatre semaines. Détail important, ce chiffre est désormais fixé pour tout un foyer et non plus par personne. "Les enfants de moins de 12 ans ne comptent pas dans ces 5 personnes", a précisé Sophie Wilmès. 

Les événements publics, eux, doivent réunir désormais 100 personnes maximum à l’intérieur et 200 à l’extérieur, avec le port du masque obligatoire. La cheffe du gouvernement a ainsi demandé aux autorités locales "de suivre scrupuleusement tous les événements et de les annuler en cas de risque". Les sorties de groupe sont quant à elles limitées à 10 personnes, à l’exception des activités sportives.

Télétravail et rentrée scolaire

Tandis que le retour au bureau a été entrepris depuis le déconfinement le 4 mai dernier, Sophie Wilmès a "très fortement recommandé quand c’est possible" la reprise du télétravail. Puis a jeté le doute sur le retour à l’école en septembre en assurant que "si nous n’intervenons pas de manière drastique, la rentrée scolaire pourrait être mise à mal".

Des courses en solitaire

Dans les magasins aussi, les règles évoluent ou plutôt reviennent à ce qu'elles ont pu être lors du confinement. Ainsi, les Belges vont devoir faire leurs courses seuls et pendant pas plus de 30 minutes. La Première ministre a insisté sur le rôle des bourgmestres (les maires) pour faire appliquer ces consignes.

Lire aussi

Des trains toujours payants

Sans être restreints, les déplacements pour les vacances sont également concernés par ces nouvelles mesures : "Pour éviter certaines affluences dans des endroits très fréquentés du pays, la mesure qui visait à accorder des trajets en train gratuits aux citoyens sera reportée en septembre", a ajouté la Première ministre.

Ces nouvelles mesures interviennent après une première salve de restrictions la semaine dernière : le port du masque a été imposé dans les endroits très fréquentés (marchés, brocantes, restaurants ou cafés). Localement, des consignes ont pu également être édictées. A Anvers, où la situation sanitaire est la plus préoccupante, les réunions ont été limitées samedi 25 juillet à 10 personnes, contre 15 auparavant.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Omicron : 464.769 nouvelles contaminations au Covid en 24 heures, un record en France

Yvelines : "menacée" après un cours sur l'évolution illustré avec une image de Soprano, une enseignante "exfiltrée"

République Tchèque : une chanteuse meurt du Covid-19 après l'avoir volontairement contracté

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 18 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.