L'épidémie de Covid-19 est-elle vraiment sous contrôle en Inde ?

Les différentes provinces mettent en place des mesures sanitaires spécifiques.

DANS LE FLOU - Les informations en provenance d'Inde se font plus rares, mais il ne faudrait pas en conclure que le tsunami épidémique appartient désormais au passé. Les doutes qui entourent les chiffres officiels incitent aujourd'hui à une extrême prudence.

Des corps brulés par centaines, du bois qui vient à manquer dans les grandes métropoles, des patients traités dans la rue... Les images qui sont parvenues d'Inde il y a quelques semaines ont choqué à travers le monde. Depuis, la couverture médiatique de l'épidémie par les médias internationaux s'est toutefois réduite, si bien qu'il est plus difficile de suivre l'évolution du Covid-19 dans le pays. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Cette médiatisation en baisse est-elle synonyme d'amélioration sur le plan épidémiologique ? Le pic des contaminations et des décès est-il passé ? En ligne, des internautes estiment que les discours alarmistes qui évoquaient une catastrophe en cours se sont révélés exagérés. Courbes des contaminations et des décès à l'appui, un message assure que "le  'variant indien incontrôlable' est déjà contrôlé en Inde". Et de s'interroger sur le rôle de médias, qui devraient "arrêter de desinformer et de propager la peur". Si la situation semble légèrement s'améliorer, il demeure hasardeux de l'affirmer avec certitudes. En effet, les experts s'accordent sur le manque de fiabilité des données communiquées par les autorités.

Un bilan "caché" bien plus lourd ?

Si l'on s'en tient aux seuls chiffres officiels, la tendance semble plutôt à l'amélioration. Du côté de New Delhi, on annonce d'ailleurs que le début du mois de juin pourrait signifier un allègement des mesures sanitaires. Au niveau des contaminations, les dernières données les estiment à un peu plus de 200.000 par jour, soit deux fois moins qu'au début du mois de mai. Le nombre de décès enregistrés quotidiennement demeure quant à lui toujours à un niveau très élevé. Cela fait désormais deux à trois semaines qu'il s'établit aux alentours des 4.000. 

Le correspondant de la BBC en Inde rapporte que les experts évoquent avec prudence un léger "déclin" de l'épidémie. Pour autant, il y a un "hic", comme il le dit lui-même. Les indicateurs "continuent de se dégrader au Tamil Nadu, par exemple, comme dans une grande partie du nord-est". Les disparités observées d'un coin à l'autre du pays ne sont pas surprenantes : l'Inde est vaste comme six fois la France. On comprend alors aisément que parler de la situation globale du pays se révèle compliqué, en raison des fortes disparités observées à travers le territoire.

Lire aussi

En parallèle, des réserves doivent aussi être apportées quant à la fiabilité des chiffres officiels. Si les tendances qu'ils permettent de discerner peuvent nous apporter des informations, les spécialistes jugent particulièrement sous-évalués les bilans humains. "Nous voyons des corps le long du Gange qui ne semblent pas avoir été répertoriés comme des décès liés au Covid, mais qui le sont très probablement", a confié à l'AFP un professeur en biologie. Cet expert glisse que "tout le monde s'accorde à dire que le bilan est sous-estimé" et que dès lors, "la question est de savoir quelle est l'ampleur de cette sous-estimation". Selon certains épidémiologistes, le nombre de personnes positives pourrait s'avérer très largement supérieur à celui annoncé, quand le total des décès serait probablement de deux à cinq fois supérieur.

Si une forme de déclin de l'épidémie est mis en avant, sans doute faut-il y voir l'effet combiné de plusieurs éléments. Tout d'abord, des mesures de restrictions assez strictes, prises non pas à l'échelle nationale comme au printemps 2020, mais par les différents États indiens. Confinements locaux, couvre-feu aux horaires variables d'une ville à l'autre... Depuis le 20 avril, un confinement est notamment en vigueur à New Delhi. À cela s'ajoute une campagne de vaccination qui accélère : avec près de 200 millions de doses injectées, le pays tente de protéger sa population. Un défi de taille au regard de la population globale, estimée à 1,36 milliard d'habitants. Bien que l'Inde soit le 3e pays au monde à avoir le plus injecté de doses, il n'a entièrement vacciné que 3% de sa population.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Météo : 16 départements en vigilance orange aux orages, le Rhône en vigilance canicule

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Masque à l'école : il pourra être enlevé à la récréation mais pas dans les classes

Disparition de Delphine Jubillar : Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père en garde à vue

Pourquoi Cédric Jubillar a-t-il été placé en garde à vue ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.