Coronavirus : quand les Bourses mondiales dévissent, Fujifilm bondit de 4%

Coronavirus : quand les Bourses mondiales dévissent, Fujifilm bondit de 4%

PANIQUE - La fièvre du coronavirus s'est emparée des Bourses mondiales, lundi 24 février : la Bourse de Paris a chuté de 3,94 % et, à Wall Street, le Dow Jones a connu sa pire séance en plus de deux ans. Toutes les entreprises sont touchées... à l'exception de quelques unes, spécialisées dans la santé.

Avec la propagation de l’épidémie de coronavirus (le Covid-19), faut-il redouter des conséquences sur les marchés boursiers et donc sur l'économie mondiale ? Avec cinq nouveaux pays touchés et une brusque hausse des bilans en Iran, en Corée du Sud et en Italie, la journée du 24 février, particulièrement rude pour les Bourses mondiales, atteste cette hypothèse pessimiste.

Sur la place new-yorkaise, un vent de panique a soufflé, après les révisions à la baisse, dimanche 23 février, des prévisions de croissance mondiale par le Fonds monétaire international (FMI). Wall Street a essuyé sa plus forte chute depuis plus de deux ans. Le Dow Jones a connu sa pire séance en plus de deux ans avec une chute de 3,56 %, le Nasdaq est tombé de 3,71 % et le S&P 500 de 3,35 %. Une journée catastrophique donc, n'en déplaise à Donald Trump...

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

"Le Coronavirus est tout à fait sous contrôle aux Etats-Unis. Nous sommes en contact avec tout le monde et tous les pays concernés. Le centre de contrôle des maladies et l'OMS travaillent dur ensemble et en bonne intelligence. Le marché des échanges commence à bien se porter !" a tweeté le président américain.

La crise n'a pas seulement touché Wall Street. Les places européennes ont connu la même déroute, clôturant sur des pertes comprises entre 3 % et plus de 5 %. La Bourse de Paris a notamment chuté de 3,94 %, Londres de 3,34 %, Francfort de 4,01 %, Milan de 5,43 %, Zurich de 3,58 % et Madrid de 4,07 %. 

Lire aussi

FujiFilm, Sanofi... des marques qui prospèrent

Alors que plus de 2000 cas de contamination, dont plus de 30 mortels, ont désormais été enregistrés hors de Chine, la journée du 25 février ne se présente pas sous les meilleures auspices, Tokyo ayant déjà perdu 3,3% sur la séance, avec une chute supérieure à 4 % pour le Nikkei, ayant oscillé autour de ce niveau dans les premières transactions. Les places financières chinoises ont également ouvert en repli mardi mais moins marqué : l’indice composite de Shanghai perdait 1,62 % tandis que celui de Shenzhen cédait 2,09 % et que le Hang Seng de Hong Kong perdait 0,37 %. Exception notable toutefois pour l'action de l'ex-champion de la photo FujiFilm, partiellement reconverti en laboratoire pharmaceutique, bondissant de 4% à 5.632 yens, après que le ministre japonais de la Santé a indiqué que le pays pensait utiliser le médicament antigrippe Avigan dont Fujifilm est le fournisseur.

De même, ailleurs, alors que les Bourses de Paris et de Francfort reprennent quelques couleurs (+ 0,48 % pour la première, + 0,57 % pour la seconde), certains groupes prospèrent, comme Sanofi qui s’inscrit en légère hausse à la Bourse de Paris - le groupe pharmaceutique travaillant, comme Johnson & Johnson et Inovio Pharmaceuticals, à l’élaboration d’un vaccin contre le coronavirus. Le groupe pharmaceutique avait par ailleurs fait état lundi se son intention de créer une entité dédiée à la production et à la commercialisation à des tiers des principes actifs pharmaceutiques (API). Une annonce qui avait permis à l’action Sanofi d’accuser une baisse deux fois moins importante que celle du Cac 40 lundi.

Reste que, selon les investisseurs, l'avenir des répercussions macroéconomiques s'annonce pour le moins préoccupant. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) évoque le risque de pandémie, c’est toute l’économie mondiale qui menace désormais d’être déstabilisée par le Covid-19, plongeant les marchés dans des abîmes d’incertitude.

Les médias européens se font d'ailleurs l'écho de cette inquiétude, à l'instar du quotidien conservateur espagnol ABC qui a mis un masque au portrait de Benjamin Franklin sur un billet de dollar...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Après la forte mobilisation contre la loi "sécurité globale", le gouvernement sous pression

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Mort de Diego Maradona : son médecin personnel, Leopoldo Luque, inculpé pour homicide involontaire

EN DIRECT - Coronavirus : moins de 10.000 nouveaux cas recensés en 24 heures

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter