Coronavirus : l'état de santé de Boris Johnson "s'améliore", le Royaume-Uni face à une vague de décès

Coronavirus : l'état de santé de Boris Johnson "s'améliore", le Royaume-Uni face à une vague de décès
International

ROYAUME-UNI - Atteint du Covid-19 et admis en soins intensifs lundi, le Premier ministre britannique va mieux, assure son ministre des Finances selon qui l'état de santé du chef du gouvernement "s'améliore".

Les nouvelles de la santé de Boris Johnson sont rassurantes. Atteint du coronavirus depuis près de deux semaines, admis en soins intensifs depuis lundi soir, le Premier ministre britannique va mieux. Lors de la conférence de presse quotidienne ce mercredi, le ministre des Finances Rishi Sunak a annoncé que l'état de santé de Boris Johnson "s'améliore".

Le dirigeant conservateur, locataire du 10, Downing Street depuis juillet dernier, reste cependant hospitalisé en soins intensifs à l'hôpital St Thomas, à Londres. Mais il peut désormais "s'asseoir sur son lit" et "parler" avec les soignants, a fait savoir le ministre des Finances. Boris Johnson "reçoit d'excellents soins", a-t-il également assuré. "Le Premier ministre n'est pas seulement mon collègue et mon patron mais aussi mon ami et mes pensées sont avec lui et sa famille."

Plus tôt dans la journée, un porte-parole du dirigeant de 55 ans avait indiqué que "le Premier ministre demeure cliniquement stable et réagit au traitement".

Lire aussi

Le nombre de décès au plus haut au Royaume-Uni

L'admission dimanche à l'hôpital londonien du charismatique mais clivant Premier ministre, puis son transfert en soin intensifs le lendemain soir, a provoqué un électrochoc au Royaume-Uni. Boris Johnson a chargé son ministre des Affaires étrangères Dominic Raab de le remplacer. C'est à lui que devrait revenir la responsabilité de prendre une éventuelle décision de prolongation du confinement, dans un des pays les plus touchés par la pandémie.

Ces dernières 24 heures, 938 britanniques sont décédés du Covid-19, un record pour le Royaume-Uni, portant le total à plus de 7.000 morts. Selon le bilan quotidien, plus de 60.000 personnes ont déjà été contaminées. Très populaire après sa victoire aux législatives de décembre lorsqu'il s'est engagé à mettre en oeuvre le divorce avec l'Union européenne, Boris Johnson a été néanmoins critiqué pour avoir tardé à adopter des mesures de confinement contre la pandémie.

La prolongation du confinement, décrété initialement le 23 mars pour trois semaines, dépendra de données scientifiques "qui ne seront disponibles que la semaine prochaine", a précisé Rishi Sunak, dans le point presse quotidien. Elle semble cependant très probable, tant les autorités ne cessent de répéter que le pic de la pandémie doit être franchi pour envisager un assouplissement.

Jusqu'à 66.000 morts lors de la première vague ?

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Malgré le nombre de morts chaque jour plus important, il y a de "bonnes nouvelles", avec une diffusion de la maladie qui "ne s’accélère pas de manière incontrôlée", a malgré tout souligné la professeure Angela McLean, lors de la conférence de presse ce mercredi. "Hier, il y a eu 5.492 nouveaux cas, la propagation du virus ne s'accélère pas et c'est une bonne nouvelle", a-t-elle déclaré.

Les autorités britanniques estiment que le pays connaîtra le pic de la pandémie dans les prochains jours, mais craignent un relâchement des mesures de distanciation sociale vu le beau temps alors que se profile le week-end de Pâques. Selon une étude publiée en début de semaine par l'Institute for Health Metrics de l'Université de Washington, le pays pourrait déplorer jusqu'à 66.000 morts lors de la première vague de la pandémie, sur un total d'environ 150.000 décès attendus en Europe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent