Un deuxième porte-avions américain touché par le Covid-19, son commandant lance un SOS

Le porte-avions américain USS Theodore Roosevelt fait face au Covid-19.
International

VIRUS À BORD - Le commandant de l'USS Theodore Roosevelt, un porte-avions de la marine américaine où le coronavirus s'est propagé à plus de 100 marins, a "alerté" l'US Navy, réclamant le droit d'évacuer l'équipage. C'est le deuxième bâtiment américain touché par le Covid-19 dans la zone Indo-Pacifique.

Un plaidoyer inhabituel en haute mer. Confronté à une contamination galopante, avec plus de 100 marins infectés par le coronavirus à bord de son porte-avions, l'USS Theodore Roosevelt, le capitaine de vaisseau Brett Crozier a appelé à l'aide dans une lettre, demandant l'autorisation d'évacuer son équipage sur l'île de Guam, rapporte ce mardi 31 mars la presse américaine. "Nous ne sommes pas en guerre. Il n'y a aucune raison que des marins meurent", a écrit le commandant Crozier dans une lettre de quatre pages adressée au commandement de l'US Navy et publiée par le San Francisco Chronicle.

Dans son appel à l'aide, le commandant de l'USS Theodore Roosevelt explique qu'après la découverte de trois premiers cas de Covid-19 à bord le 25 mars et la mise à quai du porte-avions à Guam, dans le Pacifique, l'épidémie a continué de se propager. Cinq cas supplémentaires ont été constatés le lendemain. Dans un communiqué publié le 27 mars, l'US Navy a indiqué que, parmi les 34 nouveaux cas de Covid-19 constatés dans ses rangs, 17 provenaient d'un navire "en mission dans le Pacifique". Le nombre de cas à bord serait grimpé à 26 puis 34, selon le quotidien américain, avant de dépasser les 100 cas d'infection.

Lire aussi

L'US Navy fait face à un problème stratégique

À bord, il est en effet où impossible de suivre les directives officielles pour les quarantaines et la distanciation sociale. Citant "l'espace limité inhérent" à un navire de guerre transportant plus de 4.000 membres d'équipage, le commandant souligne dans cette lettre, citée par le journal américain, que "la propagation de la maladie se poursuit et elle accélère". "Retirer la majorité du personnel d'un porte-avions nucléaire américain déployé et les isoler pendant deux semaines peut sembler une mesure extraordinaire" mais "c'est un risque nécessaire", écrit le capitaine Brett Crozier. "Garder plus de 4.000 jeunes hommes et femmes à bord du Theodore Roosevelt est un risque inutile et brise la confiance des marins qui nous sont confiés".

L'US Navy n'a pas confirmé la teneur de cette lettre mais a confirmé que le commandant du Theodore Roosevelt avait "alerté dimanche l'US Pacific Fleet de ses difficultés à isoler le virus". Il a "demandé à mettre à l'abri davantage de membres d'équipage dans des installations permettant une meilleure séparation", a indiqué un responsable de l'US Navy ayant requis l'anonymat. "La direction de la Navy va prendre rapidement toutes les mesures pour assurer la santé et la sécurité de l'équipage de l'USS Theodore Roosevelt et cherche des solutions pour répondre aux inquiétudes de son commandant".

En vidéo

Le coronavirus gagne du terrain aux États-Unis

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Car, dans le même temps, l'US Navy pourrait se retrouver sans porte-avions dans la région Asie-Pacifique. Lundi, un responsable américain de la Défense a déclaré à CNN qu'un deuxième bâtiment, l'USS Ronald Reagan, était lui aussi confronté à une "poignée" de cas positifs au coronavirus. Le bâtiment naval est déployé dans les mêmes eaux que l'USS Theodore Roosevelt. Une mise à quai des deux porte-avions pourrait poser un problème stratégique à la marine américaine, puisque cette dernière se retrouverait alors dans l'impossibilité de répondre en cas de crise dans la zone Indo-Pacifique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent