Coronavirus : si elle trouve un vaccin, la Chine promet d'en faire "un bien public mondial"

Coronavirus : si elle trouve un vaccin, la Chine promet d'en faire "un bien public mondial"

COVID-19 - Le président chinois Xi Jinping a promis lundi que si la Chine parvenait à élaborer un vaccin contre le coronavirus, il serait mis à disposition de l'ensemble de l'humanité.

Un vaccin pour se racheter ? Le président Chinois Xi Jinping, accusé par l'administration de Donald Trump d'avoir tardé à réagir lors de l'apparition de l'épidémie dans son pays, a promis ce lundi de partager le vaccin avec le reste de l'humanité si ses scientifiques venaient à le trouver en premier. Le chef d'Etat a également annoncé allouer 2 milliards de dollars au combat mondial contre la maladie Covid-19.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Une "évaluation impartiale" des responsabilités internationales

En tant que premier pays à avoir fait état de malades du Covid-19, la Chine est régulièrement accusée par le gouvernement américain d'avoir tardé à donner l'alerte et à prendre des mesures, pour éviter la propagation du virus dans le monde. Réfutant ces accusations, Xi Jinping a encore insisté ce lundi : selon le président chinois, son pays a "toujours" fait preuve de "transparence" et de "responsabilité" face à l'épidémie, en partageant les informations avec l'OMS et d'autres pays en temps utile.

Peu convaincus, les Etats-Unis et l'Australie ont appelé à une enquête internationale sur l'origine du virus. La Chine dénonce une "politisation" de cette question, soulignant régulièrement que le "patient zéro" du Covid-19 n'a pas été retrouvé et qu'il n'est "pas forcément" chinois.

Lire aussi

L'assemblée de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui se tient en ligne pour la première fois de son histoire, envisage cependant de mettre en place en résolution, présentée par l'Union européenne, demandant une "évaluation impartiale, indépendante et complète" de la réponse internationale à la crise du coronavirus. Dans un message vidéo de Xi Jinping, diffusé lors de cette 73ème Assemblée mondiale de la santé, le président s'est dit favorable à cette enquête, une fois que l'épidémie aura été enrayée. Le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré dans la foulée que son pays voterait le texte. 

Un vaccin "accessible et abordable" pour tous les pays

Dans l'attente de cette grande "évaluation" de la réponse mondiale à la pandémie, Xi Jinping se positionne en acteur incontournable dans la course à un éventuel vaccin, soucieux de protéger les Chinois mais aussi de faire taire les critiques occidentales sur sa gestion de l'épidémie. Le pays encourage instituts publics et compagnies privées à accélérer leurs recherches.

Un soutien qui a permis à la Chine d'avoir actuellement cinq vaccins expérimentaux déjà testés sur l'Homme, selon les dires du président. Si ces tests cliniques se poursuivent sans encombre jusqu'à la découverte d'un vaccin, Xi Jinping a promis qu'il deviendrait "un bien public mondial", qui sera rendu accessible et abordable dans les pays en développement.

Le président chinois a également déclaré que son pays contribuerait à hauteur de 2 milliards de dollars - soit 1,8 milliard d'euros - à la lutte mondiale contre le Covid-19. La Chine souhaite notamment travailler avec les membres du G20 "pour mettre en oeuvre l'initiative d'allègement de la dette des nations les plus pauvres", et leur permettre ainsi de mieux faire face à la crise sanitaire. En collaboration avec l'ONU, Xi Jinping a également proposé de faire de la Chine une "plateforme logistique" et un "entrepôt" humanitaires d'urgence, destinés à faciliter l'approvisionnement en équipements contre la pandémie dans le monde.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Aubervilliers : une fête au commissariat en plein couvre-feu, la préfecture promet des sanctions

EN DIRECT - Covid-19 : faute d'approvisionnement, plusieurs régions suspendent les premières injections de vaccin

2000 livres et un aller-simple pour quitter le Royaume-Uni : l'offre surprenante de Londres aux citoyens de l'UE

Pas d'annonce mais de la pédagogie : de quoi parlera Olivier Véran à 14h ?

Frontière France-Belgique : de nouvelles règles s’appliquent désormais

Lire et commenter