"La peur au ventre et le ventre vide" : le récit poignant d'un journaliste syrien au coeur de la guerre à Alep

"La peur au ventre et le ventre vide" : le récit poignant d'un journaliste syrien au coeur de la guerre à Alep

TÉMOIGNAGE – Faire son travail de journaliste dans la ville assiégée d'Alep, quand "son existence se résume à essayer de rester en vie", c’est ce que raconte Karam Al-Masri, photographe et vidéaste syrien pour l’AFP.

"Couvrir la guerre à Alep, la peur au ventre et le ventre vide" est le récit d’une descente aux enfers, celle d’une ville en guerre depuis cinq ans et assiégée par le régime depuis 2016. Le journaliste syrien y raconte l’évolution de sa vie dans une zone soumise aux bombardements quotidiens : la peur, la tristesse, la faim, mais toujours la volonté de témoigner, en étant "prudent" et "honnête".

Toute l'info sur

Le drame d'Alep

Mon existence depuis le début des bombardements d’Alep se résume à essayer de rester en vie- Karam Al-Masri

Emprisonné par le régime quand débutent les manifestations en 2011, puis enlevé par l’Etat islamique en 2013, Karam Al-Masri a bénéficié de deux amnisties pour rester en vie. D’autres, nombreux autour de lui, "ont eu moins de chance".

De la peur à la faim

C’est notamment le cas de ses parents, décédés dans un bombardement avant même qu’il ne retrouve la liberté. Si les détentions furent terrorisantes, la situation s’est encore détériorée depuis le début du siège d’Alep en 2016. "Avec le siège, j’ai très faim, cela m'a affaibli, et je reste plus de temps chez moi", témoigne-t-il, inquiet de ne pouvoir continuer à travailler, alors qu'il collabore avec l'AFP depuis 2013.

S’il se dit "blasé" des images de corps déchiquetés et d’immeubles effondrés, Karam Al-Masri n’est pas retourné sur les lieux de son ancienne maison, de peur de raviver ses souvenirs.

Les quelque 250.000 habitants des quartiers rebelles d'Alep ne reçoivent plus d'aide de l'extérieur depuis pratiquement deux mois et sont privés d'eau depuis samedi suite à de de nouveaux bombardements, selon l'Unicef.

Lire aussi

    VIDEO. Alep meurtrie vue depuis un drone

    En vidéo

    Syrie : Alep meurtrie vue depuis un drone

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

    EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence dépasse le seuil d'alerte dans toutes les régions

    Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

    Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

    Normandie : l'alcool en cause dans l'accident qui a tué quatre adolescents de 16 ans

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.