Couple homosexuel refusé d'un gîte en Italie : "Catholiques, nous croyons en la famille traditionnelle", se justifie le propriétaire

International

HOMOPHOBIE - Après avoir refusé d'accueillir un couple d'hommes dans son établissement, le propriétaire d'un gîte de la région de Santa Maria en Italie s'est justifié dans les colonnes du journal "La Repubblica", invoquant notamment son "catholicisme".

"Je ne voulais offenser personne." Le propriétaire d'un gîte à Ricadi en Italie s'est justifié au micro de Radio Capital après avoir refusé d'accueillir un couple d'homosexuels. "Excusez-moi si ça peut vous paraître d'un autre âge, mais nous n'acceptons ni les gays, ni les animaux", leur avait-il expliqué. Choqués, les deux hommes avaient immédiatement annulé leur réservation sans chercher à discuter davantage avec lui.

"Nous sommes des catholiques, des chrétiens pratiquants (...), a-t-il expliqué ce lundi à La Repubblica. Pour nous, le concept de la famille, c'est celui-là - un homme et une femme. Nous croyons en la famille traditionnelle". Le journal a également exhumé des messages postés sur son compte Facebook dans lesquels il fait part de son admiration pour Vladimir Poutine, Donald Trump ou Marine Le Pen. Il avait également écrit "Il faut les fusiller tout de suite" en commentaire d'un article sur une famille polygame en Argentine.

Une telle discrimination n'est pas acceptable en 2017- Giulia Russo, le maire de Ricadi

Lire aussi

Lundi, le maire de Ricadi Giulia Russo, où se trouve le gîte, a proposé d'ouvrir sa porte au couple gay, condamnant au passage l'attitude de l'hôte. "On se désengage complètement de cette affaire, a-t-il assuré. A Ricadi, nous sommes des gens évolués et une telle discrimination n'est pas acceptable en 2017". Alerté, le site Booking, qui hébergeait l'annonce, a décidé de suspendre le compte du propriétaire.

Les deux hommes ont pris contact avec l'association italienne de lutte pour les droits des personnes LGBT "Arcigay" afin de médiatiser l'affaire. "C'est un cas sérieux de discrimination et d'homophobie", a regretté l'association ce lundi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter