"COVFEFE" : la célèbre faute de frappe de Donald Trump veut enfin dire quelque chose

International
L'ARROSEUR ARROSÉ - L'élu démocrate de l'Illinois Mike Quigley a introduit lundi la loi "COVFEFE", qui vise à inclure les tweets sans filtre du président américain dans les archives nationales de ses communications. Tout cela dans le but de promouvoir la transparence de la parole, même à la Maison-Blanche.

Politicien et farceur. Donald Trump l'apprend à ses dépens. Élu démocrate de l'Illinois et cofondateur du Caucus du Congrès pour la transparence, Mike Quigley a présenté ce lundi une proposition de loi surnommée "COVFEFE", proposant d'inclure dans les archives nationales tous les messages publiés  sur les réseaux sociaux par les membres de l'administration Trump. Et donc de fait les dizaines et dizaines de tweets écrits par le très controversé président des États-Unis. 

Et le nom de cette loi n'a pas été choisi au hasard. "COVFEFE" fait référence au tweet que Trump avait publié un peu après minuit le 31 mai dernier et dans lequel il avait visiblement mal orthographié le mot "coverage". Une improbable faute de frappe qui avait suscité interrogations et sarcasmes pendant six longues heures, avant que le message soit supprimé. Le milliardaire américain avait alors tenté de faire croire que "covfefe" avait un sens caché, sans réellement y parvenir.

Les élus doivent répondre de ce qu'ils font et disent"Mike Quigley

Cette séquence a sans doute convaincu Mike Quigley à déposer l'acte "Communications Over Various Feeds Electronically for Engagement" soit COVFEFE. Traduit, cela donnerait : "Communications sur différents canaux électroniques pour l'engagement". 


"Pour maintenir la confiance du public envers le gouvernement, les élus doivent répondre de ce qu'ils font et disent, y compris les tweets de 140 caractères", écrit l'élu américain sur son site officiel. Il assure d'ailleurs que l'utilisation "fréquente et sans filtre de son compte Twitter personnel" de Donald Trump est "sans précédent". 

En vidéo

ARCHIVES - Twitter : l’arme préférée de Donald Trump

Pousser Trump à contrôler sa frénésie Twitter

Outre le caractère symbolique, cette proposition de loi vise à forcer le chef d'État américain à faire attention à ce qu'il écrit et à conserver une trace de ses messages, dans le cas où une action juridique devrait être intentée. "Si le président utilise les réseaux sociaux pour faire des déclarations soudaines de politique publique, nous devons nous assurer que ces messages soient recensés et conservés, défend-t-il. Les tweets sont puissants, et le président doit être tenu pour responsable de chacun d'eux". On attend avec impatience la réaction de Donald Trump sur les réseaux sociaux. Cela ne devrait plus tarder...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter