"Je vais ouvrir mes cadeaux toute seule" : le casse-tête des milliers de Français bloqués à Londres

Le tableau des départs des Eurostar à Londres. Plus aucun départ vers Paris, jusqu'à nouvel ordre.

BLOCUS - Ils attendent heure par heure de savoir si et quand les liaisons reprendront entre le Royaume-Uni et le continent, mais trouver un billet de train ou d'avion vers la France n'est qu'une partie du problème. Certains ont même déjà jeté l'éponge.

À côté des craintes de pénurie dans les rayons des supermarchés, à côté du spectre d'un Brexit venant se surajouter à la pandémie de Covid, plusieurs milliers de Français expatriés à Londres ont aujourd'hui à gérer un problème peut-être moins grave, mais plus immédiat : trouver le moyen de venir comme prévu passer les fêtes en France. Si nombre d'expatriés ont fait le voyage ce weekend, avant l'annonce de l'arrêt des vols et des passages trans-Manche, tous ceux qui n'ont pu s'organiser avant le dernier Eurostar de dimanche soir sont aujourd'hui entre deux eaux, guettant d'un côté les places disponibles dans les trains et les avions, autant de voyages qui n'auront lieu que si la France rouvre ses frontières aux passagers en provenance du Royaume-Uni.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Sur le papier, rien ne bloque : aujourd'hui encore, on trouve des Eurostar qui font le voyage de Paris vers Londres, et qui reviennent à vide. Mais nombre de vols ont, eux, été annulés, et à deux jours du réveillon du Noël, chaque nouvelle réservation est un pari sur l'avenir. "J'avais un vol pour Paris le 22, mais il a été annulé", nous explique Timothée, prof de musique à Londres, "j'ai donc pris un autre billet pour le 23, pour Lyon cette fois, mais lui aussi a été annulé." Avec le temps, la note s'allonge, et le doute s'installe. "En attendant d'être remboursé, ça fait beaucoup à avancer, donc là j'attends d'en savoir plus", raconte-t-il, "mais la crainte, c'est qu'Emmanuel Macron annonce la réouverture des frontières, et que soudain il n'y ait plus une place de disponible."

Lire aussi

Même son de cloche chez Palmyre, 33 ans, qui travaille comme community manager. "Je devais avoir un Eurostar pour aujourd'hui à 12h30", soupire-t-elle, "mais évidemment ça a été annulé." Sur les groupes Facebook de Français expatriés, on s'échange en ce moment nombre de conseils sur les moyens de rentrer en France, mais surtout sur les moyens de réaliser un test PCR, dont le résultat négatif servirait de sauf-conduit indispensable pour revenir sur le continent. "Le souci, c'est le prix des tests", explique Palmyre, ''Ici, il faut compter en moyenne 150 livres (165 euros environ - NDLR) pour réaliser un test et avoir le résultat le lendemain." Des tarifs parfois prohibitifs, et une arithmétique un peu compliquée, quand on ne sait pas si et quand on pourra partir, et que le test doit dater de moins de 72h. "J'ai trouvé un test pas trop cher, pour une centaine de livres (110 euros environ) à l'aéroport de Heathrow", se félicite Timothée, "mais si je ne trouve pas de moyen de rentrer avant ce weekend, mon test PCR ne sera plus valable, et il faudra en refaire un, au même tarif."

En vidéo

Le blues des Français bloqués à Londres

Si rien d'officiel n'a été annoncé jusque-là, c'est ce soir mardi que la France devrait faire connaître les modalités de reprise - ou non - du trafic trans-Manche. Parmi les options évoquées, celle de ne permettre que le retour des ressortissants français, à la condition d'un test PCR négatif.  À moins que l'UE ne parle d'une seule voix, mais pour quelles restrictions, et pour combien de temps ? Autant d'inconnues que l'arrivée d'un Brexit aux conditions toutes aussi incertaines vient compliquer, pour les Français qui n'ont pas encore gagné nos côtes. "Là on ne parle que de Noël", réfléchit à haute voix Timothée, "mais on ne sait pas non plus comment les choses vont se passer après. Est-ce qu'il faudra rester en France ?". Autant d'incertitudes qui en ont poussé beaucoup à réviser leurs projets pour les fêtes. "Ma maman va probablement me culpabiliser de ne pas venir passer Noël en famille", sourit Palmyre, "mais je pense que je vais rester à Londres, et ouvrir mes cadeaux toute seule."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : AstraZeneca prévient que ses livraisons ne pourront pas être aussi importantes que prévu

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

Covid-19 : le variant britannique pourrait être plus mortel, prévient Boris Johnson

Lire et commenter