Covid-19 : la Maison Blanche abandonne l'idée de "contrôler la pandémie"

Covid-19 : la Maison Blanche abandonne l'idée de "contrôler la pandémie"

CORONAVIRUS – Le chef de cabinet du président américain a annoncé dimanche que le pays n'envisageait "pas de contrôler la pandémie" de Covid-19. Le gouvernement de Donald Trump mise tout sur la découverte d'un vaccin pour lutter contre le virus.

C'est comme un aveu de défaite. Ce dimanche 25 octobre, le chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, a annoncé sur la chaîne américaine CNN, que le gouvernement n'allait plus essayer de “contrôler la pandémie” mais se concentrerait désormais sur la découverte de “vaccins, des traitements et d'autres moyens d'atténuer" la maladie.

Alors que les Etats-Unis ont battu, deux jours de suite des records d'infections quotidiennes au coronavirus avec près de 90.000 nouveaux cas détectés samedi et près de 225.000 Américains morts, c'est une annonce qui passe mal à seulement neuf jours de la présidentielle américaine. 

Les démocrates n'ont pas tardé à réagir aux déclarations de Mark Meadows. Kamala Harris, qui se présente aux côtés de Joe Biden en tant pour le poste de vice-présidente, a accusé Donald Trump et son gouvernement de battre en retraite face au virus. "Ils reconnaissent leur échec", a-t-elle déclaré à des journalistes en réaction aux propos de Mark Meadows. "C'est le plus grand échec de toute administration présidentielle dans l'histoire américaine", a-t-elle martelé.

De son côté, Joe Biden, a lui aussi dénoncé les propos du chef de cabinet de Donald Trump, "ce n'était pas une erreur de Meadows", a dénoncé le candidat démocrate dans un communiqué. "C'était un constat honnête de la stratégie du président Trump depuis le début de la crise : agiter le drapeau blanc de la défaite et espérer que si on l'ignore, le virus s'en ira. Ça n'a pas été le cas et ça ne se sera pas", a-t-il tonné.

Depuis le début de la pandémie, le président américain est critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire. Il est accusé de minimiser la gravité du virus en le comparant à une grippe saisonnière, une comparaison de nouveau faite par son chef de cabinet : "C'est un virus contagieux, exactement comme la grippe", a-t-il dit sur CNN. Donald Trump a, lui, déclaré depuis l'Etat du New Hampshire où il était en meeting : "On a les vaccins, on a tout, on tourne la page. Même sans les vaccins, on tournerait la page. Ça va finir".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

La Maison Blanche de nouveau touchée

Le bilan catastrophique de la crise du Covid-19 pèse lourdement sur les chances de réélection de Donald Trump. Devancé dans les sondages par Joe Biden, sa réticence à soutenir des mesures visant à limiter sa propagation, comme le port généralisé du masque, pourrait jouer en sa défaveur lors du scrutin du 3 novembre prochain. Pour Kamala Harris, les républicains "ont abandonné leur droit à un second mandat", a-t-elle ajouté alors qu'elle faisait campagne dans l'Etat disputé du Michigan.

Lire aussi

Outre ses propos sur la gestion du Covid-19, Mark Meadows a admis que des membres de l'entourage du vice-président, Mike Pence, étaient touchés par le virus. Son chef de cabinet "Mark Short et quelques autres membres importants de l'équipe du vice-président ont attrapé le coronavirus", a-t-il confirmé. Mike Pence et sa femme ont quant à eux été testés négatifs et vont continuer à faire campagne pour Donald Trump, a fait savoir un porte-parole. Ces contaminations au sein de l'administration Trump arrivent à peine un mois après que la Maison Blanche soit devenue un foyer de contamination. Fin septembre, une douzaine de personnes avaient été testées positives au Covid-19 dont Donald Trump.

Mais pour les républicains, il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ils ont même intensifié les attaques contre son Joe Biden, qui de son côté, par respect des consignes sanitaires, mène une campagne beaucoup moins intense que le milliardaire républicain.

Sur la chaîne Fox News, Tim Murtaugh, directeur de la communication de l'équipe de campagne de Donald Trump, s'est moqué du candidat démocrate et a mis en doute sa forme physique. Il a pris "cinq jours de repos sur les six" qui ont précédé le débat présidentiel de jeudi dernier, a-t-il ironisé. "Le président Trump a accompli plus en 47 mois que Joe Biden en 47 années d'échecs", a appuyé Tim Murtaugh. Ce à quoi la responsable de la campagne de Joe Biden, Kate Bedingfield a répondu sur NBC : "La différence entre ce que nous faisons et ce que fait Donald Trump, c'est que nous nous agissons avec prudence". 

Les élections US vous intéressent ? Écoutez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Une élection présidentielle 2020 totalement hors-norme qui promet d’être plus électrique et passionnante que jamais.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

L'ouverture des stations de ski fermées à Noël "impossible" selon le chef de l'Etat

Lire et commenter