Covid-19 : comment fait Israël pour vacciner autant ?

Covid-19 : comment fait Israël pour vacciner autant ?

CRISE SANITAIRE- Le pays du Moyen-Orient s'affiche comme le champion de la vaccination. Après seulement deux semaines, un million d'Israéliens avaient déjà reçu la première injection. Explication d'une stratégie bien rodée.

Selon les pays, la campagne de vaccination n'a pas le même visage. Alors qu'en France, seulement quelques centaines de personnes ont reçu la première injection, d'autres États ont pris une nette avance. Parmi les nations en tête, il y a Israël, où près de 150.000 personnes sont vaccinées chaque jour. La campagne de vaccination a démarré le 19 décembre mais le 1er janvier, un million de personnes avaient déjà reçu leur première injection, selon les chiffres officiels. 

Et les autorités israéliennes affichent un objectif clair : deux millions de personnes - soit un cinquième des habitants - auront reçu la double injection du vaccin contre le nouveau coronavirus d'ici fin janvier, a annoncé le gouvernement dimanche. Cet objectif apparait toutefois moins ambitieux que celui évoqué le 26 décembre par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon qui un quart de la population (2,25 millions) devait être immunisé en un mois grâce à la campagne de vaccination.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Comment expliquer cette campagne de vaccination menée tambour battant ? Tout d'abord, le système de santé israélien a facilité la mise en place de cette opération sanitaire d'envergure. En effet, les habitants doivent s'enregistrer auprès de l'une des quatre caisses médicales (HMO) du pays et les données sont numérisées. Ce dispositif permet de contacter et d'informer facilement les citoyens. Selon Les Echos, les patients âgés de plus de 60 ans ou à risque ont reçu un SMS pour fixer un rendez-vous et se faire vacciner. Près de 45% des plus de 60 ans en Israël ont reçu la première dose du vaccin. De leurs côtés, les professeurs peuvent obtenir la première injection depuis ce lundi 4 janvier. 

Autre explication : les négociations faites en amont entre Tel-Aviv et les fabricants de vaccins. À ce sujet, Le Parisien rapporte que les doses auraient été financées 43% au-dessus du prix du marché afin d'être servi avant tout le monde et en profusion. Dans le pays, la population est largement favorable au vaccin. Et pour achever de convaincre les plus réticents, le gouvernement israélien a mis en place un passeport vert, permettant aux personnes vaccinées de se rendre dans les lieux culturels ou aux restaurants. 

Une campagne menacée par une rupture de stocks ?

"Fierté nationale : Israël est le champion du monde de la vaccination", a tweeté le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, avec un graphique comparant les taux de vaccination par habitant dans le monde. Selon le programme exposé initialement, le gouvernement israélien espérait une sortie de crise début mars, juste avant les nouvelles législatives le 23 mars. Actuellement en campagne électorale, le Premier ministre mène la campagne de vaccination à cadence forcée. Lors du lancement de l'opération vaccinale, Benjamin Netanyahu a reçu en direct à la télévision sa première injection du vaccin du duo américano-allemand Pfizer-BioNtech. 

Mais un obstacle pourrait s'ériger sur le chemin de cette opération éclaire. Dès le milieu de cette semaine, le pays pourrait se retrouver à court de vaccins selon RFI. " L'État hébreu va réduire le rythme de cette campagne pour gérer les stocks de vaccins et assurer l'injection à trois semaines d'intervalles des deux doses distinctes auprès de la population concernée," a expliqué ce dimanche le directeur général du ministère de la Santé, Hezi Levi. Actuellement, les dirigeants israéliens tentent d'obtenir de nouvelles doses auprès des compagnies. 

Lire aussi

Israël fait partie des pays qui ont été fortement touchés par la crise sanitaire. Dans cet État, plus de 435.800 personnes ont été contaminées par le virus et 3.400 sont décédées. Malgré la cadence impressionnante de la vaccination, Israël peine à s'extirper de la pandémie du Covid-19. Confronté à une reprise du nombre d'infections - plus de 3000 nouveaux cas chaque jour - les autorités ont décidé le 27 décembre un nouveau confinement quasi généralisé d'au moins deux semaines.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Les 65-75 ans, avec comorbidités, "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter