Covid-19 : comment Omicron impacte le système de santé du Royaume-Uni ?

Covid-19 : comment Omicron impacte le système de santé du Royaume-Uni ?

ÉVOLUTION - Si la situation sanitaire semble légèrement s'améliorer au Royaume-Uni, ce n'est pas le cas dans toutes les régions, comme dans le nord-ouest du pays, où le variant Omicron continue de mettre le système de santé britannique sous pression.

La situation reste difficile au Royaume-Uni. Dans le nord-ouest du pays, environ une personne sur dix avait le Covid la première semaine de janvier. Un taux de circulation important révélateur de la pression encore exercée par le variant Omicron. Selon les données de l'agence sanitaire du pays, le taux de reproduction du Covid était estimé ce vendredi 14 janvier entre 1,1 et 1,5. 

Cependant, il était compris entre 1,2 et 1,5 la semaine précédente. Une légère amélioration qui laisse donc espérer une diminution progressive dans les prochaines jours.

Toute l'info sur

Variant Omicron : la planète en état d'alerte

La situation est pour autant loin d'être uniforme. En effet, si le pic de contamination semble avoir été atteint à Londres, les niveaux d'infection continuent d'augmenter dans toutes les autres régions, à l'exception de l'est du pays. Cette évolution de l'épidémie se retrouve également lorsqu'on observe les chiffres d'hospitalisations du pays.

D'après les données officielles, le taux d'admission à l'hôpital a très significativement baissé du côté de Londres sur la semaine du 9 janvier, par rapport à la semaine précédente, passant d'un taux d'admission pour 100.000 habitants de 24,27 à 18,40. Le taux d'admission a aussi légèrement baissé dans le nord-est du pays.

A contrario, les hospitalisations ont augmenté dans la plupart des autres régions et notamment dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui observe la plus forte augmentation. De la semaine se terminant le 2 janvier à celle s'achevant le 9, le taux d'admission à l'hôpital est passé de 17,05 à 28,42.

Malgré quelques signes présageant d'une amélioration de la situation, la pression exercée par le variant Omicron sur le système sanitaire britannique reste donc forte. Au 12 janvier, 19,721 patients étaient toujours hospitalisés au Royaume-Uni dont 785 en réanimation.

Lire aussi

Face à un manque de lits, mais aussi de personnels, également impactés par la vague de contamination, le système de santé britannique s'appuie sur le service privé pour parvenir à prodiguer les soins en dehors du Covid. Le ministre de la Défense britannique a aussi annoncé la semaine dernière le déploiement de personnel médical de l'armée pour palier les pénuries de soignants. 

Les chiffres en Angleterre sont surveillés de près en France où l'épidémie est tenue pour avoir environ une semaine de retard. Dans l'Hexagone, si le nombre de patients hospitalisés est encore en augmentation, le nombre de nouveaux admis commence à décroitre légèrement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : 298 décès en 24h, le nombre de cas en hausse

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Faut-il que je paye le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.