Dîners clandestins : de l'Argentine à l'Irlande, ces ministres épinglés pour leurs dérapages

Dîners clandestins : de l'Argentine à l'Irlande, ces ministres épinglés pour leurs dérapages

FAITES CE QUE JE DIS... - Une enquête a été ouverte dimanche concernant d'éventuels dîners clandestins à Paris, leur organisateur laissant entendre que des ministres y auraient participé. À l'étranger, plusieurs dirigeants ont dû démissionner, empêtrés dans des polémiques similaires.

De luxueux dîners parisiens malgré la pandémie : c'est la polémique qui, suite à un reportage de M6, a enflé ce week-end. Au point de déclencher, dimanche 4 avril, une enquête pénale par le procureur de Paris, Rémy Heitz, pour mise en danger de la vie d'autrui. Dans le document obtenu par M6, une phrase d'un des organisateurs retient l'attention : il indique avoir déjà reçu "un certain nombre de ministres." Ces faits (démentis dimanche soir par l'intéressé, Pierre-Jean Chalençon, par l'entremise de son avocat), s'ils venaient à se confirmer, seraient à rajouter à la liste, déjà longue, de polémiques qui ont provoqué la chute à l'étranger de dirigeants ces derniers mois.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

En Argentine, des vaccins pour les amis du ministre

Dernier exemple en date ? Le scandale dans lequel a été empêtré en février dernier Ginés Gonzalez Garcia. Le ministre de la Santé argentin proposait en effet à ses amis de se faire vacciner au ministère, sans prendre rendez-vous dans un hôpital. C'est un journaliste célèbre, Horacio Verbitsky, 71 ans, qui avait raconté lui-même à la radio s'être fait vacciner au ministère suivant les indications de son vieil ami le ministre, malgré le fait que l'Argentine soit l'un des pays les plus touché au monde par l'épidémie. Le scandale avait provoqué rapidement une déferlante de réactions sur les réseaux sociaux sous le mot-dièse #vacunasvip (#vaccinsVIP), et contraint à la démission le ministre.

Des vaccins en avance au Pérou

Au Pérou, c'est un autre "Vacunagate" qui éclaboussé la classe politique. Ce scandale a éclaté le 12 février lorsqu'un quotidien a révélé que l'ex-président Martin Vizcarra (2018-2020), destitué en novembre par le Parlement, s'était vu administrer le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm dès le mois d'octobre, avant même son homologation officielle le 31 décembre. Il s'est ensuite étendu au gouvernement intérimaire de son successeur, le président Francisco Sagasti. La justice, le Parlement et le gouvernement ont alors diligenté des enquêtes, permettant de recenser pas moins de 487 vaccins illégitimes. Parmi eux : 122 fonctionnaires, dont 16 membres du gouvernement démis depuis de leur fonction. Mais aussi les ministres des Affaires étrangères Elizabeth Astete et de la Santé, Pilar Mazzetti, qui ont démissionné, ainsi que le vice-ministre de la Santé, vacciné avec six membres de sa famille. 

Des vacances en plein confinement pour un ministre à Toronto

Un ministre au soleil pendant que ses citoyens sont priés de rester chez eux ? C'est la polémique qui a coûté son poste en décembre dernier à Rod Philipps. Le ministre des Finances de l'Ontario avait été aperçu à Saint-Barthélemy alors que sa province était reconfinée depuis le 26 décembre. "J'ai commis une erreur de jugement importante", a reconnu le ministre devant la presse à son retour au pays, avant de s'entretenir avec le Premier ministre Doug Ford. Lequel a demandé au principal intéressé de démissionner. 

Lire aussi

Le dîner qui passe mal en Irlande

En août dernier, c'est un dîner de gala en Irlande qui a tourné en séisme politique. Ce repas, organisé pour les 50 ans du club de golf du Parlement irlandais avec plus de 80 invités, avait eu lieu le 19 août, au lendemain de l'interdiction des réunions de plus de six personnes en intérieur. Révélée dans la presse locale, la fête a provoqué une flopée de départs : après le ministre de l'Agriculture Dara Calleary et le vice-président du Sénat, Jerry Buttimer, le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, a démissionné le 26 août. Le 15 août, le président de l'agence chargée de promouvoir le tourisme en Irlande, Catherine Martin, avait également démissionné après des révélations sur ses vacances passées en Italie en dépit des appels à privilégier les voyages à l'intérieur du pays.

Des déplacements illégaux au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, pas de dîner clandestin mais des trajets interdits. Les déplacements en plein confinement du conseiller du Premier ministre Boris Johnson, Dominic Cummings, ont en effet suscité un tollé au Royaume-Uni et avaient entrainé la démission le 26 mai du secrétaire d'État pour l'Écosse Douglas Ross, en désaccord avec ses justifications.

Dominic Cummings avait affirmé - sans convaincre -s'être rendu chez ses parents à Durham (nord), à 400 kilomètres de Londres, parce qu'il craignait d'être contaminé par le coronavirus et cherchait une solution de garde pour son enfant. En avril 2020, le ministre du Logement, Robert Jenrick, lui, avait déjà été épinglé par la presse pour avoir rendu visite à ses parents, à une soixantaine de kilomètres de chez lui, en violation des consignes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Lire et commenter