Australie : les habitants de Melbourne ont-ils subi 235 jours de confinement ?

Des manifestants s'opposent régulièrement aux mesures sanitaires très strictes en vigueur à Melbourne et dans l'État de Victoria.

À RÉPÉTITION - Des internautes assurent que les habitants de Melbourne ont traversé 235 jours de confinement à cause du Covid-19. C'est bien le cas, avec 6 périodes de restrictions distinctes. Les médias l'ont largement relaté, contrairement à ce que laisse entendre diverses publications.

En cette fin septembre, les indicateurs épidémiologiques s'avèrent assez encourageants en France métropolitaine, suffisamment, en tout cas, pour envisager une levée partielle des mesures sanitaires dans les départements les moins touchés. Une situation qui contraste avec celle vécue par les habitants de Melbourne, en Australie. Si l'on en croit des publications sur les réseaux sociaux, la capitale de l'État de Victoria, au sud-est du pays, a enregistré un 235e jour de confinement.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Des manifestations se déroulent dans la ville, comme le relatent des internautes vidéos à l'appui. Des images que les médias se refuseraient à diffuser, à en croire certains messages. Des informations partiellement trompeuses puisque si Melbourne a bien subi un si long confinement (en six phases successives), il est faux d'affirmer que les mouvements de contestation n'ont pas été relatés par les médias. Que ce soit en Australie ou en France, notamment ces derniers jours.

6 confinements au total

Très vaste, l'Australie n'a pas observé une évolution uniforme de l'épidémie de Covid-19 sur son sol. Les disparités territoriales ont ainsi conduit les autorités à mettre en place des mesures à des échelles plus locales afin de maintenir la situation sanitaire sous contrôle. Si l'on en croit les chiffres, cette stratégie s'est révélée payante, puisque le pays ne déplore à ce jour que 1208 décès, soit à peine 5 pour 100.000 habitants. Bien moins qu'en France, où l'on en compte presque 175 pour 100.000 habitants. 

235 jours de confinements ont-ils été nécessaires à Melbourne pour limiter la propagation de l'épidémie ? Oui, un total qui continue d'ailleurs d'augmenter puisque la ville reste concernée par des mesures très restrictives jusqu'à la fin octobre. Les autorités ont fixé un seuil minimal à atteindre de personnes doublement vaccinées pour autoriser un relâchement des mesures. Celui-ci est fixé à 70%, avant un allègement supplémentaire lorsque la barre de 80% sera franchie.

Lire aussi

Dans le détail, Melbourne a en réalité connu non pas deux ou trois confinements, mais un total de six ! Le premier, à cheval sur avril et mai 2020, avait duré 43 jours. Avant qu'un deuxième ne soit imposé le 8 juillet 2020 et paralyse l'activité de la région durant 111 jours. Suivirent trois autres confinements, de 5, 14 et 12 jours. Le plus court avait notamment été décidé après la détection d'un foyer épidémique "hyperinfectieux" de contaminations au variant anglais. 

Le 6e confinement, en vigueur depuis le 5 août cette année, a remis en place des mesures restrictives. Seuls six motifs de déplacement peuvent être invoqués pour sortir de chez soi, parmi lesquels se faire vacciner. Si la date prévue pour le déconfinement est respectée (le 26 octobre), les habitants de Melbourne auront subi une limitation de leurs mouvements durant un total de 267 jours.

Des manifestations pas du tout occultées par les médias

Des manifestations contre les mesures sanitaires en vigueur dans l'État de Victoria ont-elles été passées sous silence ? C'est ce que tentent de faire croire, à tort, des messages qui circulent ces derniers jours. En effet, l'Agence France-Presse a évoqué dans une dépêche du 21 septembre l'usage par la "police anti-émeute de Melbourne" de gaz au poivre et de balles en caoutchouc. Il s'agissait alors de "disperser une violente manifestation d'opposants à l'obligation de la vaccination anti-Covid pour les ouvriers de la construction", apprenait-on. Une mobilisation dont la presse locale s'est logiquement fait l'écho, de même que certains médias français. 

Sud-Ouest l'a notamment évoqué, de même que L'Express. Quelques jours plus tôt, ce sont d'autres manifestations, toujours à Melbourne, qui avaient fait l'objet d'articles. "Des centaines de manifestants ont été arrêtés et des policiers blessés", pouvait-on lire, dans le cadre "de violents affrontements avec des manifestants opposés au confinement". Des images de ces heurts sont parvenues jusqu'aux internautes français, diffusées entre autres par Le HuffPost. Cnews les a également relayées, tandis que Courrier International relatait en détails ces tensions.

Il apparaît donc trompeur d'affirmer que ces événements seraient dissimulés par la presse française. Côté australien, les médias se sont plaints que le survol de Melbourne soit interdit par la police, empêchant notamment des hélicoptères de proposer des retransmissions en direct des manifestations vues du ciel. Ces restrictions, justifiées par les forces de l'ordre par le besoin d'empêcher l'utilisation des images pour mettre à mal les opérations de maintien de la paix, ont toutefois été suspendues. Plusieurs médias, dans l'attente d'un jugement, se sont vus accorder le droit de poursuivre sans restriction leur couverture des événements.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter :  notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "The Voice All Stars" : Anne Sila en finale avec Manon, Amalya et MB14, encore deux places qualificatives

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

VIDÉO - Une manifestation contre le pass sanitaire dégénère en Martinique, trois interpellations

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.