Coronavirus : que disent les chiffres de la situation en Espagne ?

Coronavirus : que disent les chiffres de la situation en Espagne ?
International

ÉPIDÉMIE - Entre la quarantaine britannique pour tous les voyageurs revenant d'Espagne et les "recommandations" françaises de ne pas y aller, la situation est-elle devenue incontrôlable chez notre voisin ibérique ?

Il y a les mots, et puis il y a les faits. Ce mardi 28 juillet, l'Espagne a enregistré trois fois plus de cas de coronavirus que la France. Et pourtant, face aux consignes des pays voisins, le gouvernement a encore réaffirmé lors de son point presse quotidien être un pays "sûr" pour les touristes. Pourquoi, malgré le rebond évident de l'épidémie, le pays continue-t-il d'avoir un discours rassurant ? On fait le point sur ce que disent réellement les chiffres de la situation dans le pays. 

Troisième pays le plus touché en Europe

"L'Espagne n'aplatit pas sa courbe", écrit, fatidique, le quotidien espagnol ABC. Car lors de la semaine écoulée, il y a eu en moyenne 1738 nouveaux cas confirmés par jour en Espagne. Une hausse spectaculaire de 92% par rapport à celle précédente. En se basant sur les chiffres du site de surveillance 91-DIVOC et les données de l'Université Johns Hopkins, qui font référence dans le milieu, le journal local conclut que le pays "enregistre la pire évolution des infections en Europe au cours des deux derniers mois".

De fait, comme nous avons pu le constater grâce au suivi du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), sur les deux dernières semaines, on observe bien une nette hausse des malades dans le pays par rapport à ses voisins européens. Les 14 derniers jours, le ministère de la Santé a enregistré 47,2 cas pour 100.000 habitants. Loin derrière la France, qui en a décompté 16 ou le Royaume-Uni à 15. C'est aussi cinq fois plus que le taux allemand. Une flambée qui fait de l'Espagne le troisième pays avec le plus grand nombre de malades pour 100.000 habitants, juste derrière le Luxembourg et la Roumanie.

Lire aussi

Des disparités en fonction des régions

Alors le gouvernement ment-t-il lorsqu'il tente de rassurer les touristes sur la situation dans le pays ? Pas vraiment. Car si les données sont préoccupantes au niveau national, lorsqu'on compare par région, elles varient grandement. Le Premier ministre espagnol a d'ailleurs souligné que certains endroits - particulièrement dépendants des touristes britanniques - comme les Baléares, les Canaries et l'Andalousie étaient des destinations sûres, affirmant même qu'elles étaient "en termes épidémiologiques plus sûres que le Royaume-uni". Les données épidémiologiques lui donnent raison. Neuf régions ont un taux d'incidence cumulé bien inférieur à celui du Royaume-uni.

Pour prendre les deux opposés, l'incidence cumulée d'Aragon, à savoir 237,86 cas pour 100.000 habitants, n'a strictement rien à voir avec celle des Asturies, qui a à peine détecté deux foyers depuis le mois de mai, et donc le taux d'incidence est de 1,66 cas pour 100.000 habitants, loin derrière nos voisins d'Outre-Manche. Résultat, comme le montre la carte ci-dessous, si la situation de l'Aragon et la Catalogne, qui représentent les deux tiers des nouveaux cas recensés dans le pays, sont particulièrement préoccupantes, le reste du pays est sous contrôle, contrairement à la Suède ou certains pays de l'Europe de l'Est. "La vérité est que la situation épidémiologique en Espagne est très inégale", comme le résume El Pais

Ces flambées localisées s'expliquent notamment par le retour dans certains lieux de ce qu'on appelle la "transmission communautaire", c'est-à-dire qu'on observe un certain nombre d'infections sans trouver le lien entre elles, sans qu'on puisse remonter la "chaîne de transmission". C'est le cas en Catalogne mais pas dans les Asturies. Coincée entre mer et montagne, la région a une stratégie qui fait ses preuves, agissant rapidement et avec beaucoup de transparence dès qu'elle détecte un foyer afin de profiter de la collaboration des citoyens. Ce mardi 28 juillet par exemple, les autorités sanitaires du pays ont fait savoir que quatre personnes ont été testées positives dans un groupe d'étudiants qui s'est rendu à Malaga.  Elle en a directement informé le public et les douze autres étudiants du groupe afin de rompre la chaîne. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Raison pour laquelle le gouvernement continue d'affirmer à qui veut l'entendre que le pays est sûr et qu'il est dans une maîtrise de l'épidémie avec des foyers qui ont été détectés "tôt". Le gouvernement central, qui assure qu'il ne s'agit pas d'une "deuxième vague", considère en effet que la majorité de ses régions - à qui il appartient la responsabilité du suivi épidémiologique - ont les outils suffisants pour contrôler l'épidémie. Et écarte l'éventualité d'un nouvel état d'urgence à l'échelle nationale.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent