Covid-19 : Madrid replonge dans l'état d'urgence sanitaire

Covid-19 : Madrid replonge dans l'état d'urgence sanitaire

ÉPIDÉMIE - Le gouvernement espagnol a décrété un "état d'alerte" dans la capitale et dans plusieurs villes voisines, afin de rétablir leur bouclage partiel, annulé la veille par une décision de justice.

Comme un air de déjà-vu. Moins de quatre mois après avoir levé totalement son confinement, Madrid a été à nouveau placée sous cloche ce vendredi. Le gouvernement espagnol a en effet décrété un "état d'alerte" dans la capitale et dans plusieurs villes voisines, en raison du nombre de cas de Covid-19 qui ne cesse de grimper.

Cet état d'alerte - qui équivaut à un état d'urgence sanitaire - est entré en vigueur avec effet immédiat et pour une durée de 15 jours, a indiqué le ministre de la Santé, Salvador Illa. Des forces de police et de la "Guardia Civil" (équivalent de la gendarmerie) devaient ainsi se déployer sans tarder sur les grands axes routiers pour contrôler les entrées et les sorties de la capitale.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

L'Espagne, l'un des pays les plus touchés dans la lutte contre la pandémie

La décision du gouvernement de gauche du socialiste Pedro Sanchez a été prise malgré l'opposition farouche des autorités régionales de Madrid, dirigé par le Parti populaire (opposition conservatrice). Principal argument mis en avant par Pedro Sanchez : les chiffres de l'épidémie, de plus en plus inquiétant. L'Espagne, avec quelque 850.000 cas et près de 33.000 morts depuis jeudi soir, est en effet l'un des pays les plus touchés en Europe en ce qui concerne la pandémie. Et Madrid est, de très loin, la ville où la situation est la plus dégradée.

Depuis le 2 octobre au soir, un bouclage partiel de la capitale et de neuf localités limitrophes était en place, imposé par le ministère de la Santé - donc par le gouvernement central - aux autorités régionales de Madrid, qui n'en veulent pas, car elles estiment cette mesure à la fois contre-productive et néfaste pour l'économie. Depuis cette date, les plus de quatre millions de personnes concernées n'avaient plus le droit de sortir de leur municipalité, sauf pour aller travailler ou étudier, se rendre chez un docteur ou dans un tribunal ou pour une urgence humanitaire.

L'approche d'un long weekend de trois jours en raison de la fête nationale, qui sera célébrée lundi, rendait la situation encore plus délicate, le gouvernement voulant à tout prix éviter que les Madrilènes se déplacent en masse hors de la capitale. Et pour cause : selon des chiffres officiels, le taux de contamination dans la région de Madrid s'établit actuellement à 564 cas pour 100.000 personnes sur les 14 derniers jours, contre 257 pour l'ensemble du pays. Un taux bien supérieur à la moyenne de l'UE.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

EN DIRECT - Covid-19 : seuls 53 % des Français prêts à se faire vacciner, selon un sondage

REVIVEZ - C'est Alexandra qui remporte "Koh-Lanta : les 4 Terres"

"L'heure est venue de m'exprimer" : DSK va livrer sa vérité dans un documentaire

Lire et commenter