Covid-19 : Covax, ce dispositif qui a permis au Ghana de recevoir (enfin) des vaccins gratuits

Covid-19 : Covax, ce dispositif qui a permis au Ghana de recevoir (enfin) des vaccins gratuits

SOLIDARITÉ - Le Ghana a reçu mercredi la première livraison de vaccins financés par le dispositif Covax. Celui-ci vise à fournir aux pays à faible revenu leurs premières doses de vaccins.

"Enfin !" Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS, n'a pas caché sa joie ce jeudi sur Twitter en apprenant la livraison au Ghana de 600.00 doses d'AstraZeneca. Une livraison un peu particulière : il s'agit des premières doses fournies par Covax, un dispositif instauré pour soutenir les pays les plus pauvres. Mais aussi et surtout couper l'herbe sous le pied aux pays riches.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Le système Covax a en effet été créé en juin dernier, avant même que les premiers vaccins ne soient prêts. "Nous devons prévenir le nationalisme vaccinal", avait martelé en août dernier Tedros Adhanom Ghebreyesus, plaidant dès cet époque pour une mise en commun des outils permettant à la planète de combattre le Covid-19. Rapidement, l'OMS avait envoyé un courrier à ses 194 membres, leur demandant de mettre la main à la poche pour soutenir les pays à faibles revenus. 

45% de doses achetées par 10% de la population mondiale

Rapidement, plusieurs d'entre eux se greffent au mouvement. Fin septembre, plus de 60 pays riches adhéré au dispositif. La China rejoint les rangs en octobre, les États-Unis seulement depuis l'arrivée de Joe Biden au pouvoir. Un succès ? Oui et non, selon l'OMS. "Certains pays riches sont actuellement en train d'approcher les fabricants pour s'assurer l'accès à des doses de vaccins supplémentaires, ce qui a un effet sur les contrats avec Covax", a regretté lundi Tedros Adhanom Ghebreyesus. 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : un groupe de pays riches représentant 13% de la population mondiale avait pré-acheté dès septembre dernier la moitié des futures doses de vaccins contre le Covid-19, selon l'ONG Oxfam. Autre exemple : à ce jour, 45% des 200 millions d'injections effectuées dans le monde ont été réalisées dans les pays du G7, qui ne comptent que 10% de la population mondiale.

Lire aussi

Après le Ghana, le Pakistan, le Bangladesh ou le Brésil

Tant bien que mal, après avoir repoussé son calendrier, Covax a donc débuté ses premières livraisons au Ghana. Un choix tout sauf anodin : ce pays anglophone ouest-africain a enregistré 80.759 cas de coronavirus, dont 582 morts. Mais ces chiffres sont sous-évalués, comme dans de nombreux pays africains où le nombre de tests réalisés reste faible. En tout, le pays devrait recevoir 2,4 millions de doses d'AstraZeneca, a annoncé Covax.

D'autres pays devraient suivre au cours du semestre. Notamment l'Inde (97,2 millions), le Pakistan (17,2 millions), l'Indonésie (13,7 millions), le Bangladesh (12,8 millions) et le Brésil (10,7 millions). La Corée du Nord est également sur la liste, et doit recevoir près de 2 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca produit par le Serum Institute of India. Un petit nombre de pays riches y figure aussi, dont la Corée du Sud, le Canada, l'Andorre, Monaco, la Nouvelle-Zélande, Qatar et l'Arabie Saoudite. 

Et après ? Les livraisons de vaccins dépendent de plusieurs facteurs, tels que l'état de préparation des pays, mais le succès de ce projet colossal dépendra également des fonds reçus. L'initiative Covax a mobilisé jusqu'à présent 6 milliards de dollars de promesses de dons, mais aura besoin d'au moins 2 milliards en 2021 pour se procurer les doses et les livrer. En outre, 800 millions seront nécessaires pour la recherche et le développement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire mise en place dès samedi

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Lire et commenter