Covid-19 : à New York, policiers et pompiers se rebellent contre la vaccination obligatoire

Des milliers d'employés de la ville de New York, en majorité des pompiers, ont défilé contre l'obligation vaccinale, le 25 octobre 2021.

MANIFESTATION - New York va rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire pour tous ses fonctionnaires, à partir du 1er novembre. Plusieurs milliers d'employés de la ville, en majorité des pompiers, ont protesté, lundi 25 octobre, contre cette obligation vaccinale.

Être vaccinés pour continuer à servir. Après les enseignants et le personnel médical, cela va être au tour des quelque 160.000 employés municipaux de New York de se soumettre à l'obligation vaccinale, à partir du 1er novembre. L'ordre s'appliquera aux policiers, pompiers et éboueurs, à l'exception des surveillants pénitentiaires, qui bénéficieront d'un délai supplémentaire en raison du manque de personnel à la prison de Rikers Island. "Les employés non vaccinés seront mis en congé sans solde jusqu'à ce qu'ils présentent une preuve de vaccination à leur superviseur", a annoncé la mairie de "la Grosse Pomme".

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une décision mal accueillie par les différents corps de métiers. Tous les employés de la ville étaient appelés à marcher sur le pont de Brooklyn et jusqu'au City Hall, lundi 25 octobre, pour protester contre l'obligation vaccinale. "Est-ce qu'on vous demande si vous êtes vaccinés quand vous appelez les secours ?" ou "Essentiels hier, au chômage aujourd'hui", proclamaient des pancartes, au milieu d'une foule compacte, majoritairement composée d'hommes, venus dire "non" à ceux qui incarnent pour eux "la fin des libertés", le président américain Joe Biden et le maire démocrate de New York Bill de Blasio.

Le vaccin seulement accepté

Depuis le début de la pandémie, le Covid-19 est la principale cause de décès "en service" des policiers aux États-Unis, avec 237 morts en 2021 contre 50 par armes à feu, sur un total de 369. À New York, mise à genoux en 2020, avec ses images d'hôpitaux débordés et de morgues improvisées dans plusieurs lieux emblématiques de la ville, plus de 60 employés du NYPD, le département de police, ont succombé du Covid. Les pompiers du FDNY ont perdu 16 travailleurs à cause du virus.

En vidéo

Les États-Unis rouvriront "début novembre" leurs frontières à tous les voyageurs vaccinés

Les pompiers, dont deux cinquièmes ne sont pas immunisés contre le Covid-19, étaient d'ailleurs les plus nombreux à manifester. Scandant des slogans pro-Trump, ils étaient reconnaissables aux t-shirts de leurs casernes, où apparaissaient parfois les noms de leurs collègues morts dans les attaques du 11 septembre 2001. "Je dois faire un choix entre ma profession et ma vie, et je choisirai ma vie", a invoqué une employée dans les bureaux du FDNY. Cette manifestante, disant craindre de se retrouver "sans rien", "après avoir servi pendant 19 ans", a estimé qu'elle ne devrait "pas être contrainte de faire ce choix".

Lire aussi

Jusqu'ici, les forces de l'ordre ou les pompiers new-yorkais avaient le choix entre le vaccin ou la présentation régulière d'un test négatif au Covid. Près de 71% des agents (55.000 dont près de 35.000 en uniforme) ont reçu au moins une dose de vaccin, a indiqué à l'AFP le NYPD. Bien en deçà de la population adulte de la ville (84%), mais en hausse depuis septembre, où le taux de vaccination s'établissait à 61%. Dans les rangs des pompiers, il atteignait 60% (environ 17.000 au total).

Environ 46.000 employés non vaccinés

Pour justifier ce changement de ton radical, la mairie de New York met en avant le fait que l'obligation stricte a fait grimper le taux de vaccinés à plus de 95% chez les enseignants et les soignants de la ville. "Il reste beaucoup d'employés de la ville qui ne sont pas vaccinés (environ 46.000 sur 160.000, ndlr). Je veux les protéger. Je veux protéger leurs familles" et "toutes les personnes avec lesquelles ils sont en contact dans la ville", s'est justifié Bill de Blasio, la semaine passée, sur CNN.

Pour convaincre les employés qui hésiteraient à franchir le pas, la mairie de New York a promis de leur verser un bonus de 500 dollars sur leur fiche de paie du mois prochain. Seule condition à remplir : recevoir une première dose avant le 29 octobre. Passé ce délai, les récalcitrants verront, dans un premier temps, leur rémunération suspendue, avant d'autres sanctions.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : "une dizaine" de cas possibles du variant Omicron en cours d'analyse en France

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.