Israël annonce un reconfinement national, une première mondiale

En Israël, tous se préparent au reconfinement. Le pays était pourtant cité comme un exemple de gestion sanitaire lors de la première vague. Des manifestations ont lieu ce jeudi soir à Tel Aviv pour protester contre cette mesure de reconfinement.
International

REPRISE ÉPIDÉMIQUE - Ce dimanche 13 septembre, Israël a annoncé la mise en place d'un nouveau confinement général pour tenter de "stopper la hausse" du nombre de cas de Covid-19 sur son territoire.

C’est la première économie développée à décider d’une telle mesure : l’Etat d’Israël a annoncé ce dimanche 13 septembre la mise en place d’un nouveau confinement national, dans un contexte de reprise de la pandémie dans le pays. La décision est prise pour une durée d’au moins trois semaines, "avec l’option d’étendre cette mesure", a précisé le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une allocution télévisée. 

Au cours des deux dernières semaines, Israël est le deuxième pays à avoir enregistré le plus de nouveaux cas de Covid-19, en proportion de sa population. Le pays compte actuellement 153.217 personnes testées positives sur neuf millions d’habitants, et 1103 décès. "Notre but est de stopper la hausse", a donc appuyé Benjamin Netanyahu. La semaine dernière, une quarantaine de villes, notamment au sein de secteurs arabes et juifs ultra-orthodoxes, s’étaient déjà vu imposer un couvre-feu. 

Fêtes confinées

À l’approche de fêtes juives, ce confinement doit permettre d’éviter la propagation du coronavirus lors de rassemblements au sein des foyers ou des lieux de culte. La mesure est applicable dès vendredi et la fête de Rosh Hashana. Elle se maintiendra pour Yom Kippour et doit prendre fin après Souccot, aux alentours du 9 octobre. "Je sais bien que ces mesures nous imposent à tous un lourd tribut [...]. Ce n'est pas une période des Fêtes comme d'habitude, nous ne serons certainement pas en mesure de célébrer avec nos familles élargies", a ajouté le Premier ministre. Le gouvernement précise que les prières à dix personnes maximum seront autorisées, la jauge étant étendue à vingt personnes dans les lieux ouverts.

Lire aussi

Depuis plusieurs semaines, la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement a donné lieu à des manifestations dans le pays. Israël avait déjà connu, à partir de mars, une mesure similaire qui avait entraîné l’annulation de la plupart des liaisons aériennes avec l’étranger, l’interdiction des rassemblements publics et la fermeture des commerces jugés non-essentiels. Devant le maintien à un niveau bas du nombre de cas, le gouvernement avait choisi d’anticiper le déconfinement, permettant la réouverture des bars et restaurants ou encore des lieux de cultes. Fin août, les écoles avaient pu rouvrir et des mariages ont pu se tenir au cours de l’été. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

La mise en place d’un nouveau confinement, partiel ou général, a suscité de nombreux débats dans le pays. Plus tôt dans la journée de dimanche, le chef du parti ultra-orthodoxe Juif unifié de la Torah, allié au gouvernement de Benjamin Netanyahu, a démissionné du gouvernement. Yaacov Litzman, par ailleurs ministre de la Santé lors du début de la pandémie, a fait valoir son opposition au reconfinement, estiment que des mesures "nécessaires" auraient pu être prises auparavant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent