Covid-19 : en Italie, le pass sanitaire sera désormais obligatoire au travail

Covid-19 : en Italie, le pass sanitaire sera désormais obligatoire au travail

RESTRICTION - Afin de se protéger d'une éventuelle nouvelle vague dans les prochaines semaines, l'Italie espère vacciner "tout le capital humain du pays". Pour y parvenir, le pass sanitaire sera obligatoire sur tous les lieux de travail à compter du 15 octobre.

Pour inciter à la vaccination, l'Italie passe à la vitesse supérieure. Le gouvernement a généralisé ce jeudi l'obligation sur le lieu de travail du pass sanitaire, qui sera exigé aussi bien dans le secteur public que privé, ont annoncé des ministres à l'issue d'une réunion de l'exécutif. "Nous étendons l'obligation du 'green pass' (le pass sanitaire italien, ndlr) pour deux raisons essentielles : rendre ces lieux plus sûrs et rendre encore plus forte notre campagne de vaccination", a déclaré à la presse le ministre de la Santé, Roberto Speranza.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

À partir du 15 octobre, le "green pass" sera exigé sur tous les lieux de travail, un dispositif qui, de fait, n'exclut donc que les retraités, les femmes et hommes au foyer et les chômeurs. Face au risque de regain des contaminations avec l'arrivée progressive des températures plus froides, l'Italie espère encore améliorer son taux de vaccination. À ce stade, près de 75% de la population âgée de plus de douze ans est vaccinée, soit 40,46 millions de personnes.

23 millions d'Italiens concernés

Au sein des professions médicales, le vaccin, pourtant obligatoire dans ce secteur, rencontre des obstacles : la Fédération nationale des ordres de médecins a ainsi confirmé ce jeudi à l'AFP que 728 médecins italiens sont actuellement suspendus, car non vaccinés. En ce qui concerne le personnel enseignant, 93,1% est totalement vacciné ou a reçu au moins la première dose, tandis que 6,7% sont dans l'attente de cette première dose ou de la dose unique du vaccin de Johnson & Johnson, selon le gouvernement.

Lire aussi

Le pass sanitaire "rend plus libre", a ajouté Roberto Speranza, alors qu'il était déjà exigé pour entrer à l'intérieur d'un restaurant, au cinéma ou sur les moyens de transports sur de longues distances (trains, navires, avions). La décision du gouvernement concerne "un ensemble de 23 millions de travailleurs, tout le capital humain du pays", a souligné Renato Brunetta, ministre de la Fonction publique.

La décision de généraliser le pass sanitaire est le fruit de longues discussions entre le gouvernement, les partis politiques composant la large coalition au pouvoir et les partenaires sociaux (syndicats et patronat). L'absence de pass sanitaire sera sévèrement sanctionnée, sans toutefois aller jusqu'au licenciement. Le ministre Speranza a précisé que les tests seront gratuits seulement pour les personnes qui sont exemptées de la vaccination pour des raisons médicales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Grève à la SNCF : 8 trains sur 10 sur la ligne TGV Atlantique ce samedi

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.