Comme en France, y a-t-il des pays où les politiques sont attaqués en justice pour leur gestion de la crise sanitaire ?

Dans l'Hexagone, de nombreuses plaintes sur la gestion de la crise du coronavirus ont été déposées. Cependant, elles demandent des moyens et n'aboutiront pas avant des mois.
International

JUSTICE - Deux avocats ont annoncé ce mardi 30 juin le dépôt de plaintes avec constitution de partie civile afin d'obtenir la désignation de juges d'instruction pour enquêter sur différents volets de la gestion de la crise du Covid-19. La France n'est pas le seul pays dans lequel des plaintes ont été déposées : en Italie et en Autriche aussi, les citoyens veulent des réponses.

L'heure est désormais aux explications et aux demandes de comptes. Alors que l'OMS s'inquiète d'une accélération de la pandémie et d'une hausse importante du nombre de cas, en France, deux avocats, Me Fabrice Di Vizio et Me Arié Alimi, ont annoncé ce mardi 30 juin dans des communiqués, le dépôt de plaintes avec constitution de partie civile afin d'obtenir la désignation de juges d'instruction pour enquêter sur différents volets de la gestion de la crise du Covid-19. Le choc, la maladie et parfois le deuil passés, on demande désormais des comptes et la France n'est pas la seule à exiger des réponses quant à la gestion de cette crise sanitaire : en Italie et en Autriche, tout comme au Chili, ou encore aux Etats-Unis, l'heure des comptes a sonné. 

Plus de 84 plaintes déposées en France

En France, une centaine de plaintes a été déposée depuis le début de la crise. Des particuliers ayant perdu des proches, des familles de soignants endeuillées ou encore des collectifs ont décidé de déposer plainte. Parmi les dernières en date, celle du collectif Inter-Urgences, qui, par la voix de leur avocat, Me Arié Alimi, a fait savoir qu'il déposait plainte avec constitution de partie civile, "sur la gestion de la crise COVID et les mises en danger relatives à celle-ci", indique le communiqué. Selon ces professionnels de santé,  des éléments "pointent de réelles carences et défaillances". "Pour pouvoir comprendre, vivre et se reconstruire, nous avons besoin de faire toute la lumière et en toute indépendance sur cette sombre partie de nos vies professionnelles et personnelles", expliquent-ils. 

Le 16 juin dernier, le procureur général François Molins a fait savoir que la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR) examinerait les 84 plaintes déposées d'ici à la fin juin pour voir si elles étaient ou non recevables. Parmi les plaignants se trouvent notamment des syndicats et des particuliers, dont les plaintes visent le plus souvent le Premier ministre Edouard Philippe et les deux ministres de la Santé qui se sont succédés, Agnès Buzyn et Olivier Véran. 

En parallèle, le parquet de Paris a pour sa part ouvert début juin, une vaste enquête préliminaire sur la gestion de la crise du Covid-19 en France, qui ne vise donc pas les ministres. Elle est une réponse à une centaine de plainte reçues, visant parfois nommément des responsables de l'administration, notamment le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, en première ligne médiatique lors de l'épidémie en France, ou encore Santé Publique France. Me Di Vizio représente un collectif de médecins appelé "C19". Dans sa plainte, il vise le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, lui reprochant l'absence de fourniture de masques aux médecins et plus généralement "l'abstention volontaire" de prise de mesures sanitaires contre le Covid-19. 

Fin mars, Me Alimi et Me Di Vizio avaient déposé des plaintes simples devant le parquet de Paris, qui ont abouti, avec d'autres, à l'ouverture le 8 juin d'une vaste enquête préliminaire pour "homicides involontaires" ou "mise en danger de la vie d'autrui", et confiée à l'Oclaesp, l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique. Outre ces dépôts de plaintes, la commission d'enquête de l'Assemblée nationale a commencé ses travaux le 16 juin dernier.

Lire aussi

Italie ou Autriche... Les citoyens demandent aussi des comptes

En Italie aussi, les plaintes s'accumulent contre les autorités et la colère monte. Le 10 juin dernier, des proches de victimes ont déposé une cinquantaine de plaintes auprès du Parquet de Bergame pour demander justice et dénoncer des dysfonctionnements, dans cette ville martyr du Covid-19. "J'espère que le gouverneur (de la région Lombardie, à laquelle appartient à la province, Attilio Fontana) saisira cette occasion pour écouter la douleur de Bergame, et que, devant le cimetière monumental, qui a été le symbole d'une hécatombe, il demandera pardon publiquement aux citoyens", avait souhaité Luca Fusco, le porte-parole du comité "Nous dénoncerons - Vérité et justice pour les victimes du Covid-19"

Le parquet de Bergame, ville martyre de la région de Lombardie et épicentre de l'épidémie qui a frappé l'Italie de début février à mai, mène plusieurs enquêtes distinctes liées à cette tragédie. Il a fait savoir qu'il allait entendre le chef du gouvernement Giuseppe Conte dans le cadre d'une enquête sur la gestion de l'épidémie de Covid-19 qui a fait plus de 34.000 morts dans la péninsule. Les magistrats souhaitent aussi écouter les témoignages des ministres de la Santé, Roberto Speranza, et de l'Intérieur, Luciana Lamorgese. L'enquête porte notamment sur les retards dans la création d'une "zone rouge" comprenant deux communes de ce département, Nembro et Alzano Lombardo, particulièrement touchées par le Covid-19. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

En Autriche, où la station de ski d'Ischgl a été très touchée, des plaintes ont également été déposées. Comme dans de nombreux pays en Europe, les autorités sont critiquées pour avoir réagi trop tard face aux premiers cas détectés. Des plaintes ont été déposées auprès de la justice autrichienne et une enquête préliminaire est d'ailleurs en cours. 

A l'inverse, aux Etats-Unis et plus précisément au Texas, des propriétaires de bars ont décidé d'attaquer en justice la décision de fermeture prise par le gouverneur cet Etat, où le virus est très actif. Greg Abbott a demandé une nouvelle fermeture des bars le vendredi 26 juin après la flambée des cas de contagion au Covid-19. 

A ce jour, selon le cabinet d'avocat Hunton Andrews Kurth, 3.144 plaintes relatives au coronavirus ont été déposées aux USA. Une majorité d'entre elles portent sur les droits civiques relatives aux conditions des détenus en prison et aux conditions du confinement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent