La communauté internationale au chevet de l'Inde, où la situation sanitaire est "plus que déchirante"

La communauté internationale au chevet de l'Inde, où la situation sanitaire est "plus que déchirante"

DÉTRESSE - Après avoir battu un record mondial de près de 350.000 personnes contaminées en une seule journée dimanche, la situation en Inde est désormais hors de contrôle. L'aide internationale et l'OMS se mobilisent pour venir en aide à ce pays en proie au variant "indien".

En quelques jours, le variant "indien" a plongé le pays de 1,3 milliard d'habitants dans le chaos. Dimanche, l'Inde enregistrait un record mondial de près de 350.000 personnes contaminées en une seule journée. Plusieurs pays ont annoncé qu'ils allaient lui porter une aide d'urgence, ainsi que l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour son directeur général, la situation y est "plus que déchirante". "L'OMS fait tout ce qu'elle peut, en fournissant du matériel et des équipements essentiels, notamment des milliers de concentrateurs d'oxygène, des hôpitaux de campagne mobiles préfabriqués et du matériel de laboratoire", a affirmé Tedros Adhanom Ghebreyesus en conférence de presse.

Plus de 2600 personnels de l'OMS ont été déployés sur le terrain. L'organisation a également indiqué dans un courriel à l'AFP qu'elle procédait à une analyse rapide de la situation dans les zones confrontées à une recrudescence des cas, formulait des recommandations et soutenait la mise en œuvre de ces mesures.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

L'aide internationale arrive

Ce mardi dans la matinée, les premières cargaisons d'aide médicale britannique, dont 100 ventilateurs et 95 concentrateurs d'oxygène, sont par ailleurs arrivées en Inde, a annoncé le ministère indien des Affaires étrangères. Le porte-parole du ministère Arindam Bagchi a tweeté des photos de ce matériel en train d'être déchargé d'un vol de la Lufthansa à Delhi, en saluant un exemple de "coopération internationale".

Au total, neuf conteneurs aériens chargés d'approvisionnement, dont 495 concentrateurs d'oxygène, 120 respirateurs non invasifs et 20 respirateurs manuels, seront envoyés cette semaine, selon le Haut Commissariat britannique à New Delhi.

De son côté, la France a précisé la nature de son "opération de solidarité" qui doit arriver en Inde d'ici la fin de la semaine. Il s'agira de huit unités de production d'oxygène médical par générateur, de conteneurs d'oxygène liquéfié, dont 5 acheminés dans un premier temps, permettant d'alimenter en oxygène médical jusqu'à 10.000 patients sur une journée, ainsi que du matériel médical spécialisé contenant notamment 28 respirateurs, a précisé l'ambassade de France dans un communiqué à l'AFP.

Les États-Unis se sont engagés sur une aide d'urgence comprenant notamment des composants pour la production de vaccins, des équipements de protection, des tests à diagnostic rapide, ou encore des respirateurs. Ils étudient également la possibilité d'envoyer des approvisionnements en oxygène. "Tout comme l'Inde nous est venue en aide lorsque nos hôpitaux étaient sous tension au début de la pandémie, nous sommes déterminés à aider l'Inde maintenant qu'elle en a besoin", a tweeté Joe Biden dimanche, après un échange téléphonique avec le Premier ministre indien, Narendra Modi.

Lire aussi

Un variant pas encore classé comme "préoccupant"

Le variant indien, appelé par le nom de sa lignée, B.1.617, est qualifié de "double mutant" parce qu'il est notamment porteur de deux mutations préoccupantes au niveau de la protéine de pointe ("spike") du virus Sars-CoV-2, à l'origine de la pandémie de Covid-19. "Compte tenu de sa circulation importante et des préoccupations concernant sa propagation et sa neutralisation", l'OMS l'a classé comme "variant d'intérêt", mais l'organisation estime que des données supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s'il s'agit d'un "variant préoccupant". L'organisation note également que l'on ne sait pas encore si "les rapports faisant état d'une mortalité élevée sont dus à la gravité accrue du variant, à la mise à rude épreuve des capacités du système de santé en raison de l'augmentation rapide du nombre de cas, ou aux deux".

Pour autant, la responsable technique de la lutte contre le Covid-19 au sein de l'OMS, Maria Van Kerkhove, a appelé tous les pays à "ne pas baisser la garde" pour éviter de connaître une accélération de l'épidémie comme en Inde. "La situation est fragile au niveau mondial", a-t-elle dit. Globalement, "les cas ont maintenant augmenté pour la neuvième semaine consécutive, et les décès ont augmenté pour la sixième semaine consécutive", s'est inquiété le chef de l'OMS. "Il y a eu presque autant de cas dans le monde la semaine dernière que durant les 5 premiers mois de la pandémie", a-t-il poursuivi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Tensions à Jérusalem, frappes sur la bande de Gaza : Washington condamne "une escalade inacceptable"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Gironde : un policier attaqué au couteau, l'assaillante est décédée

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.