Port du masque obligatoire à la plage : l'Espagne fait finalement machine arrière

Port du masque obligatoire à la plage : l'Espagne fait finalement machine arrière

TOLLÉ - Alors qu'une loi entrée en vigueur la semaine dernière rendait le port du masque obligatoire en permanence, même assis sur sa serviette à la plage, les autorités espagnoles ont préféré rétro-pédaler.

Oublié le bronzage ridicule à cause du masque. L'Espagne n'obligera plus à le porter à la plage en permanence même assis sur sa serviette, alors qu'une loi, entrée en vigueur la semaine dernière avait provoqué un tollé, à quelques mois de la saison touristique.

C'est en particulier dans les régions côtières que la décision agaçait, alors que le pays, très dépendant du tourisme, prépare la saison estivale et milite activement pour la mise en place d'un passeport vaccinal. Les autorités ont finalement fait marcher arrière.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Distanciation obligatoire

Désormais, les personnes sont autorisées à retirer le masque à la plage "si elles restent à un endroit déterminé et qu'elles respectent la distance minimale d'1,5 mètre avec les personnes qui ne vivent pas sous le même toit qu'elles", indique un communiqué du ministère de la Santé publié mercredi soir. Il faudra en revanche le porter si l'on se promène sur la plage, précise le texte.

Lire aussi

Obligatoire depuis mai 2020 même dans la rue, sous peine d'amende, le port du masque s'est imposé très tôt en Espagne après la première vague de la pandémie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter