PCR obligatoire, quarantaine, contrôles aux frontières… comment la France se retrouve coupée de ses voisins

PCR obligatoire, quarantaine, contrôles aux frontières… comment la France se retrouve coupée de ses voisins

BARRAGE - Alors que la France est très durement frappée par une troisième vague de coronavirus, plusieurs de nos voisins ont décidé de multiplier les mesures pour isoler le pays.

Quand quitter le territoire français devient un véritable casse-tête. Au fil des semaines et de l'aggravation de l'épidémie en Europe, et particulièrement dans l'Hexagone où les indicateurs sont des plus mauvais, plusieurs pays ont décidé de prendre des mesures à leurs frontières avec la France. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Pour l'Espagne, un test PCR désormais indispensable

Impossible de traverser la frontière terrestre entre la France et l'Espagne sans son test. Ceux qui veulent passer "doivent avoir un test PCR (RT-PCR), un test TMA ou un autre type de test de diagnostic du SARS-CoV-2 basé sur des techniques moléculaires équivalentes, avec un résultat négatif, effectué dans les 72 heures précédant l'arrivée", a indiqué samedi le Journal officiel du gouvernement espagnol.

Seules les personnes travaillant dans le transport routier et les travailleurs transfrontaliers seront exemptés, ainsi que les personnes qui vivent dans la zone frontalière à condition qu'elles restent dans un rayon de 30 kilomètres autour de leur domicile. Cette mesure a pris effet ce mardi et s'applique aux personnes âgées de plus de 6 ans. L'objectif du gouvernement espagnol est assumé : éviter une augmentation des cas de contamination au Covid-19 pendant la Semaine sainte, qui commence ce week-end. 

Dans le rouge, l'Italie impose une quarantaine ...

De l'autre côté des Alpes, les restrictions sont encore plus fortes. Tout voyageur en provenance de l'UE devra effectuer un test avant son départ pour l'Italie, mais aussi respecter une quarantaine de cinq jours. Puis effectuer un nouveau test à l'issue de cette période. Cette mesure "s'applique à tous ceux qui partent et arrivent" dans la péninsule, y compris les ressortissants italiens, a précisé un responsable du ministère de la Santé.

En revanche, la date d'entrée en vigueur de cette nouvelle restriction n'était pas connue dans l'immédiat, alors que le week-end de Pâques, qui démarre samedi et s'achève lundi, est traditionnellement très prisé par les touristes étrangers pour se rendre en Italie. Des touristes qui risquent de retrouver un pays qui ne ressemblent guère aux cartes postales : toute la péninsule sera classée en zone "rouge" (haut risque de contagion et restrictions maximales) pour le week-end de Pâques. La pandémie a jusqu'ici fait plus de 108.000 morts dans le pays, selon le ministère de la Santé.

... le Portugal aussi

Le Portugal s'apprête à serrer la vis. Selon le site du ministère français des Affaires étrangères, le gouvernement lusitanien va imposer une période de quarantaine aux voyageurs en provenance de France. À partir du 1er avril, toute personne venant de l'Hexagone devra ainsi "respecter une période d’isolement prophylactique de 14 jours, à son domicile ou dans un établissement désigné par les autorités de santé portugaises". Parallèlement, les ressortissants tricolores devront justifier un "motif essentiel" et auront "l’obligation de présenter un résultat négatif de test RT-PCR datant de moins de 72h" pour pouvoir se déplacer dans le pays. 

Lire aussi

L'Allemagne accentue ses contrôles

Pour ceux qui souhaitent se rendre en Allemagne, il faut s'attendre à voir les contrôles renforcés. C'est en tout cas ce que Jean-Yves Le Drian a fait savoir vendredi. "L'explosion de la pandémie en Allemagne va plus vite que ce qu'ils ne pensaient et donc ils vont renforcer les tests sanitaires à l'entrée du territoire allemand en raison de l'extension de la pandémie en ce moment en France", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

L'Allemagne va classer la France en zone à haut risque face à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi soir la chancelière Angela Merkel. "Cela veut dire des contrôles aléatoires sanitaires plus renforcés que ce qui existait jusqu'à présent, avec tests obligatoires et quarantaine conseillée", a précisé le ministre français. Pour les travailleurs frontaliers, des discussions sont en cours avec les régions concernées pour "essayer d'adapter le mieux possible (ces mesures) et faire en sorte que ces salariés soient le moins pénalisés possible". "Mais il y aura obligation de tests sanitaires", a-t-il noté.

La France bientôt sur la "liste rouge" anglaise ?

Outre-Manche, aucune restriction précise n'a été prise… pour l'instant. Boris Johnson, le Premier ministre, pourrait durcir sa position vis-à-vis de Paris. Interrogé jeudi dernier par des membres du Parlement sur le fait de savoir pourquoi la France ne se trouvait pas sur la "liste rouge" de restrictions des voyages, Boris Johnson avait répondu : c'est "une chose que nous allons devoir étudier". 

Les voyageurs en provenance de pays figurant sur cette liste ne peuvent accéder au territoire britannique à moins d'être ressortissants du Royaume-Uni ou Irlandais ou d'avoir le statut de résident, auquel cas ils doivent séjourner en quarantaine dans un hôtel à leurs propres frais. Devant le Parlement, le Premier ministre a toutefois mis en garde contre les perturbations que provoqueraient d'éventuelles mesures, en particulier dans les échanges commerciaux entre les deux côtés de la Manche.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron se dit "très préoccupé par l'évolution de la situation"

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.