Un traité international de riposte aux pandémies réclamé par une vingtaine de chefs d'État

Un traité international de riposte aux pandémies réclamé par une vingtaine de chefs d'État

MULTILATÉRALISME - Des leaders politiques de différents pays ont rédigé une tribune appelant à la mise en place d'un "système de santé mondial" pour un "un partage des responsabilités" dans la lutte contre les épidémies.

À n'en pas douter, l'émergence du virus SARS-CoV-2 marquera l'Histoire, mais ce coronavirus va-t-il aussi marquer les relations internationales ? À l'image de l'ONU, créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une vingtaine de chefs d'État et de gouvernement ­ souhaitent, dans une tribune publiée ce mardi, que cette crise pandémique change durablement la gestion mondiale de la santé. 

"Ensemble, nous devons être mieux à même de prévoir les pandémies, de les prévenir, de les détecter, de les évaluer et d’y réagir efficacement et d’une manière parfaitement coordonnée", plaident les signataires de cet appel diffusé dans de grands médias internationaux.

Toute l'info sur

Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé - également signataire de la tribune - et des leaders politiques de tous les continents prônent la création d'un principe universel de la "mise en commun". Des informations sur les maladies, aux traitements, en passant par les vaccins, les gouvernements du futur ainsi que le secteur privé de la santé devraient réagir de concert et se coordonner dans l'unique but de vaincre un péril sanitaire qui menace l'humanité.

Les leaders européens en pointe

Sur les 25 signataires de cet appel la moitié sont des pays du continent européen, le Royaume-Uni est aussi signataire. Des leaders de pays africains comme l'Afrique du Sud, le Kenya ou la Tunisie ont également participé, de même que la Corée du Sud ou le Costa Rica. Mais force est de constater néanmoins que ni les États-Unis, ni la Chine, ni la Russie n'ont signé cet appel. Les pays européens, parmi les plus touchés au plan mondial, semblent clairement compter demain sur l'amélioration de la coopération internationale, à l'opposé des politiques parfois de nationalisme vaccinal.

En vidéo

Vaccins : qui les produit, qui les exporte ?

En septembre dernier, l'ONG Oxfam dénonçait dans un rapport le fait qu'un groupe de pays, représentant 13% de la population mondiale, a pré-acheté la moitié des futures doses de vaccin, au détriment des pays pauvres. Depuis, le système Covax, pour soutenir les pays démunis, a permis à certains d'entre eux d'obtenir leurs premières doses de vaccin.

Lire aussi

Le chemin menant vers cet "accès universel [...] équitable" à une vaccination devenue un "bien public mondial" mérite encore des précisions, et des actes, avant de se voir concrétiser dans la réalité de la géopolitique mondiale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.