Passeport vaccinal : le "Coronapas", la solution du Danemark pour rouvrir restaurants et théâtre

Passeport vaccinal : le "Coronapas", la solution du Danemark pour rouvrir restaurants et théâtre

ÉCLAIRCIE ? - Le Danemark veut mettre en place un passeport vaccinal pour permettre aux personnes vaccinées ou négatives au virus de reprendre une vie normale.

Comme en France, les Danois sont pour le moment confrontés à une fermeture des restaurants, cinémas et magasins et subissent un nouveau semi-confinement, en place depuis la mi-décembre. Avec des contaminations en hausse ces derniers jours, le Danemark compte plus de 201.000 cas depuis le début de l’épidémie, pour 2215 décès. 

Ces derniers jours, la campagne de vaccination a été ralentie à cause des retards de livraison, alors que seuls 1,6% des Danois ont reçu les deux doses du vaccin.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Les Danois favorables à ce passeport vaccinal

Pour revenir à une vie "normale", le gouvernement entend mettre en place un passeport vaccinal d’ici trois ou quatre mois, aussi appelé "coronapas", afin de permettre la réouverture des restaurants, commerces, salles de concert et de spectacles et enceintes sportives. Une initiative bien accueillie par les Danois. "C’est plutôt une bonne idée car cela donnera plus de liberté aux gens", indique une habitante.

"Tout ce que nous pouvons faire, tout ce que le gouvernement peut faire pour améliorer la situation actuelle, c’est positif", ajoute un riverain. Ce "coronapas", qui fonctionnera via une application sur smartphone, sera délivré aux personnes vaccinées, testées négatives à la maladie ou qui ont développé des anticorps contre le virus. La personne bénéficiera ensuite d’un justificatif qui lui permettra d’aller au restaurant, à un événement sportif ou à un concert.

Les restaurants, entre espoir et méfiance

Outre les habitants, cette annonce n’a pas échappé aux professionnels les plus touchés par la pandémie, comme Ditte Sig Kramer, chargée de communication de la salle de concert "Vega", à Copenhague : "D’habitude, vous avez 1.600 personnes réunies pour assister à un concert. (…) Actuellement, nous dépendons entièrement des aides de l’Etat, et cela ne peut pas durer éternellement. Nous espérons donc vraiment que ce passeport sera une nouvelle façon de ramener les gens dans les lieux culturels."

Du côté des restaurateurs, la nouvelle est accueillie à la fois avec enthousiasme et méfiance. C’est notamment le cas de Zishan Ali, patron du restaurant "Kashmir" à Copenhague, dont les livraisons à emporter permettent seulement de rémunérer les employés : "L’idée est bonne oui, mais bon, vous savez en décembre quand on a entendu parler du vaccin, on était plein d’espoir. Et puis il y a eu un nouveau reconfinement, cela nous a fait vraiment mal."

Une population déjà habituée à partager ses données

D’un point de vue global, l’application devrait être adoptée sans trop de difficultés. Dans ce pays d’à peine plus de 6 millions d’habitants, partager ses données personnelles avec le gouvernement est tout à fait habituel. "Le gouvernement a déjà accès à nos dossiers médicaux. Tout est regroupé dans une application dans notre téléphone. Cela fonctionne bien car on a confiance en ce système", explique un Danois interrogé par TF1.

Lire aussi

C’est sur cette confiance que le gouvernement mise pour lancer son "coronapas" au plus vite, comme l’explique Jeppe Kofod, ministre danois des Affaires Étrangères : "Nous avons des années d’expérience dans le stockage des données de santé, dans le respect le plus total de l’intimité de chacun. Les gens savent que leurs données ne seront pas détournées. C’est quelque chose qui nous aide dans le développement du 'coronapas'."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : un nouveau joueur du XV de France testé positif, l'entraînement suspendu

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter