Philippines : au moins 50 morts dans le crash d'un avion militaire

Philippines : au moins 50 morts dans le crash d'un avion militaire

DRAME - L'appareil s'est écrasé dimanche dans le sud-ouest de l'archipel. 96 personnes se trouvaient à bord, dont 47 sont décédées. Trois civils qui se trouvaient au sol au moment du crash sont également morts.

C'est l'un des plus graves accidents aériens de l'histoire de l'armée philippine. Ce lundi 5 juillet, les forces de sécurité du pays recherchaient toujours, dans une plantation de cocotiers, l'enregistreur de vol de l'avion de transport militaire qui s'est écrasé dimanche dans le sud-ouest de l'archipel, 

La catastrophe a fait 50 morts, selon un nouveau bilan. Le Hercules C-130 transportait 96 personnes, pour la plupart des jeunes récemment diplômés allant prêter main forte à la lutte contre l'insurrection islamiste de Jolo, quand il a raté la piste d'atterrissage sur cette île, alors que la météo était bonne. 

Trois personnes tuées au sol

Parmi les 50 personnes qui ont péri, 47 sont des militaires et trois sont des civils. Elles sont mortes quand l'avion a dérapé et pris feu, a expliqué le porte-parole de l'armée philippine, le général Edgard Arevalo. 

Au total, 53 personnes ont été blessées, pour la plupart des militaires. On ignore si les pilotes ont survécu. Les trois personnes tuées au sol travaillaient dans une carrière proche du lieu de l'accident, a déclaré à l'AFP Tanda Hailid, un responsable local.

Lire aussi

"Nous avons des personnes au sol pour nous assurer de l'intégrité des indices qui vont être récupérés, en particulier de l'enregistreur de vol", a précisé Edgard Arevalo. "En plus des récits des témoins oculaires, nous cherchons aussi à récupérer tout enregistrement, notamment des conversations radio entre le pilote et la tour de contrôle."

Jolo est le bastion d'Abou Sayyaf, une organisation considérée comme terroriste par Washington qui s'est scindée en plusieurs factions dont certaines ont prêté allégeance au groupe État islamique. Edgard Arevalo a précisé que l'armée avait sécurisé le périmètre du lieu du crash pour être sûre que les rebelles ne viennent pas perturber les recherches.

Nous ne pouvons dire dans l'immédiat pourquoi cela s'est produit- Général Arevalo

L'appareil qui s'est écrasé dimanche n'était pas neuf. Il appartenait auparavant à l'armée américaine et avait été récupéré en début d'année par Manille. "Ce sont tous des pilotes chevronnés, ce qui fait que nous ne pouvons dire dans l'immédiat pourquoi cela s'est produit", a déclaré le général Arevalo. "Même si ces équipements militaires ne sont pas neufs, ils sont viables."

Il s'agit du pire accident aérien de l'histoire de l'armée philippine, selon l'historien Jose Antonio Custodio, après le crash d'un Douglas C-47 qui avait fait 40 morts en 1971.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Biélorussie : l’ambassadeur de France forcé de quitter le pays

Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.