Crash d'un avion russe début mai : la foudre a désactivé le pilotage automatique

International
ENQUETE - De probables erreurs de pilotage ainsi que la désactivation du pilotage automatique sont à l'origine du crash d'un avion de la compagnie Aeroflot qui a fait 41 mort le 5 mai dernier à Moscou, selon les enquêteurs.

La foudre et des erreurs humaines à l'origine du crash qui a coûté la vie à 41 personnes le 5 mai dernier à Moscou. Selon les conclusions fournies vendredi par les enquêteurs en charge de l'accident d'un Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot, la foudre aurait désactivé le pilotage automatique de l'appareil et le comportement consécutif de l'équipage aurait entraîné le drame. 


L'examen des boîtes noires de l'appareil fabriqué en 2017 ainsi que les traces de brûlures constatées sur l'extérieur de l'avion ont accrédité l'hypothèse de la foudre. Le pilotage automatique aurait ainsi été désactivé  une quinzaine de minutes après le décollage de l'appareil de l'aéroport Cheremetievo de Moscou à destination de Mourmansk, dans l'Arctique russe. 

En vidéo

Crash à Moscou : pourquoi l'avion s'est-il embrasé ?

L'équipage mis en cause

Toutefois, les avions sont conçus pour être capables de voler sans pilote automatique et même lorsqu'ils sont frappés par la foudre, rappellent les enquêteurs dans leur rapport, soulignant implicitement que des erreurs de pilotage ont joué un rôle dans la catastrophe. 


Dès le début de l'enquête, des sources avaient évoqué une série d'erreurs : un décollage en face de l'orage, le choix de revenir à l'aéroport en urgence au lieu de brûler le kérosène en vol et un atterrissage à trop grande vitesse qui a fait rebondir l'avion. 


Sur les 78 passagers, 41 sont morts dans l'incendie qui a suivi cet atterrissage. Les deux pilotes ont survécu, ainsi que la plupart des passages installés à l'avant de l'avion. Le Superjet 100, premier avion civil conçu par la Russie post-soviétique, était une source de fierté pour le pays à son lancement en 2011, mais il peine à convaincre en dehors du marché russe en raison de problèmes de fiabilité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter