Crash de l’avion de l’équipe de Chapecoense : une enquête qui part tous azimuts

DirectLCI
INVESTIGATIONS – Un peu plus d’une semaine après le crash de l’avion transportant notamment l’équipe de football brésilienne de Chapecoense, l’enquête a connu ces derniers jours de nombreux rebondissements. Alors que le directeur de la compagnie LaMia, propriétaire de l’appareil, a été arrêté, une contrôleuse aérienne a pris la fuite vers le Brésil par crainte de poursuites.

En attendant l’examen des boîtes noires, les incertitudes risquent de perdurer. À peine plus d’une semaine après le crash en Colombie qui a fait 71 morts, dont la quasi-totalité de l’équipe de football brésilienne de Chapecoense, l’enquête a connu ces derniers jours de nombreux rebondissements. 


Alors que les autorités boliviennes ont arrêté mardi Gustavo Vargas, le directeur de la compagnie aérienne LaMia, à laquelle appartenait l'avion, ainsi que deux employés, Celia Castedo, la contrôleuse aérienne qui avait laissé partir l’appareil après son escale en Bolivie, s’est enfuie vers le Brésil où elle a demandé l’asile politique. L’Administration bolivienne des Aéroports et de la navigation aérienne (AASANA) avait annoncé dimanche avoir porté plainte contre elle. 

Lire aussi

Risquant jusqu’à 4 ans de prison, l'ex-fonctionnaire a expliqué avoir fui par crainte d'éventuelles conséquences négatives pour elle ou sa famille en Bolivie. Selon le Wall Street Journal, Celia Castedo avait commencé par émettre des objections quant au plan de vol d’une durée de quatre heures et demie (soit l’autonomie de l’avion) proposé par la compagnie, avant de finir par donner son feu vert. 


"Celia (Castedo) a sollicité l'asile au Brésil hier à Corumba (ville limitrophe de la Bolivie, ndlr)", a confirmé une porte-parole du ministère public à Brasilia. Cette requête pourrait prendre jusqu’à un an avant d’être tranchée. Un délai dont les autorités boliviennes ne veulent pas. Elles ont d’ailleurs d’ores et déjà réclamé l’extradition de la contrôleuse aérienne. 

C’est d’ailleurs en Bolivie qu’a été annoncée la constitution d’une commission de procureurs locaux, mais aussi brésiliens et colombiens, pour enquêter sur le crash. Composée de six magistrats, elle va effectuer un "travail commun, coordonné (...) pour parvenir à la véracité des faits", a déclaré le procureur général du pays.

   

Si les raisons de l'accident n'ont pas encore été déterminées avec une certitude absolue, les investigations semblent néanmoins s'orienter vers la thèse d'une panne de carburant. "C'est une hypothèse qui se renforce, mais qui doit être analysée par les enquêteurs", comme les informations des enregistreurs de vol et de la tour de contrôle, a déclaré de son côté le directeur de l'Aviation civile colombienne.

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Hommage : Chapecoense, le football en deuil

En vidéo

VIDÉO - Le vibrant hommage de Medellin à l'équipe de Chapecoense

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter